RMC Sport

Garcia : « Hazard est dans le vrai »

Rudi Garcia, l'entraîneur lillois

Rudi Garcia, l'entraîneur lillois - -

Vainqueur contre Nancy mercredi soir (3-0), Lille a porté à quatre points son avance en tête du championnat. Rudi Garcia, qui ne veut pas s’enflammer, a apprécié la prestation collective de son équipe mais aussi le talent individuel d’Eden Hazard.

Rudi Garcia, avez-vous apprécié cette belle victoire contre Nancy (3-0) ?

On a joué notre match en retard et on l’a gagné, donc c’est bien. J’ai aimé la force mentale de l’équipe. On a fait une très belle première période mais on a été moyen dans la dernière passe et dans la finition. On est tombé sur un gardien nancéien qui paraissait imbattable. Malgré cela, on a eu la force mentale de ne pas se décourager, de continuer à jouer notre jeu, de repartir en deuxième période avec beaucoup d’envie. C’est ce que je souligne en premier. L’équipe a confiance en elle et elle ne se décourage pas malgré les éléments contraires. On a quatre points d’avance mais on en aura bien besoin.

Qu’avez-vous pensé des performances de Gervinho et Eden Hazard, tous les deux buteurs ?

On voit bien sûr ceux qui marquent, comme Gervinho et Eden ce soir (ndlr : mercredi). Mais moi, ce que je souligne, c’est l’implication défensive de toute l’équipe et y compris de nos attaquants. Pour pouvoir jouer notre jeu, il faut aussi faire les efforts défensifs, se replacer pour avoir de bons ballons à la récupération. Ce qu’on ne souligne pas assez, c’est tout le travail de l’ombre. A l’image du travail de notre capitaine (ndlr : Rio Mavuba), qui a été énorme ce soir. C’est tout ce travail obscur qui nous permet d’être dans de bonnes dispositions pour attaquer.

« Cette position de leader nous aide »

Comprenez-vous la présentation d’Eden Hazard comme le Lionel Messi belge ?

Je me souviens qu’en début de saison, Eden n’était pas spécialement performant. Il a subi beaucoup de critiques. Il faut être mesuré dans ce qu’on dit sur Eden. Il n’y avait pas lieu d’être trop critique quand il n’était pas bien. Il fallait lui laisser du temps, le soutenir, pour qu’il donne le meilleur de lui-même. On savait que ses performances allaient revenir. Ce qui me plait dans le match d’Eden ce soir, c’est qu’il a marqué. A Nice, il avait donné deux passes décisives. Ces joueurs de talent, on les attend dans ce domaine-là, sur la capacité à être décisif. Ça fait deux matchs qu’il l’est. Il est dans le vrai. C’est bien.

Sentez-vous l’excitation monter au sein de votre groupe ?

Même si j’ai un groupe jeune, j’ai quelques éléments d’expérience. Ils veillent à ce que tout le monde garde les pieds sur terre. Mais ce n’est pas très difficile. On a des garçons assez simples, humbles de nature. On sait que quand on est en tête, on est exposé médiatiquement. Si on veut grandir, jouer un jour le titre, se qualifier pour la Ligue des Champions, il faut aussi gagner en expérience. Cette position de leader nous aide à gérer cette pression qui nous accompagne.

Propos recueillis par Jean Bommel