RMC Sport

Garde : « Je ne suis pas inquiet »

Rémi Garde

Rémi Garde - -

A l’avant-veille du barrage retour de Ligue des champions face à la Real Sociedad, Rémi Garde était invité de Luis Attaque sur RMC. L’entraineur de l’OL veut croire en la qualification et aux qualités de son jeune effectif.

Rémi, êtes-vous un entraineur inquiet ?

Non, sincèrement je ne suis pas inquiet. Evidemment je ne suis pas satisfait ni serein par rapport à ce que l’on a fait (défaite à l’aller mercredi dernier et en championnat samedi face à Reims, ndlr). Mais je n’en suis pas au stade de l’inquiétude. On a fait de bons résultats précédemment. Contre les Grasshopper et en championnat. Et puis contre la Real Sociedad comme contre Reims, on n’a pas contrôlé le match en entier. On a à chaque fois eu une bonne mi-temps mais ça malheureusement, ça n’a pas suffi.

Croyez-vous en la qualification contre la Real Sociedad, malgré la défaite 2-0 à Gerland à l'aller ?

Oui, pourquoi n’y aurait-il pas d’espoir ? On a vu que l’on jouait contre une très bonne équipe. On a montré aussi à l’extérieur à Zurich ou à Sochaux que l’on avait la capacité de faire quelque chose. Il faudra tous être au top dans deux jours.

N'aimeriez-vous pas réintégrer Bafé Gomis dans l'effectif ?

Je n’ai pas plus de problèmes avec Gomis (mis à l’écart jusqu’à la fin du mercato) qu’avec d’autres. Si demain je dois travailler avec Bafé, il n’y a aucun problème par rapport à ça. Mais le mercato n’est pas terminé.

« Ce n'est pas le pari de la jeunesse mais une nécessité »

N'est-ce pas délicat pour vous de ne pas connaitre votre effectif ?

C’est important d’avoir un peu plus de stabilité, de certitudes quand on démarre une saison, surtout quand il y a des matches à enjeux très forts comme les barrages de la Ligue des champions. Evidemment, j’aurais aimé le savoir avant. Et que l’on puisse faire ce que l’on pensait faire. C’est-à-dire avoir des garçons placés sur la liste des transferts qui devaient quitter le club. Aujourd’hui, une semaine avant la fin du mercato, ils sont toujours là. J’essaie de mener à bien la mission. On n’est pas complètement en dehors des clous même si ce sera très dur à la Real Sociedad. On y va pour faire un exploit et tenter de renverser la vapeur.

Lyon compte beaucoup de joueurs du centre de formation. L'OL n'est-il pas allé trop loin avec le pari de la jeunesse ?

Il ne faut pas dire que Lyon a choisi le pari de la jeunesse mais d’équilibrer ses comptes. La balance est positive de plus de 30 millions d’euros cette année. Ce n’est pas rien. Nous sommes dans ce schéma depuis deux ans, ce n’était pas le cas les trois années précédentes mais bien l’inverse. Ce n’est pas le pari de la jeunesse mais une nécessité point final. On a tous envie de bien faire. Il y a un potentiel intéressant mais dans le football il faut respecter une certaine vitesse. Les jeunes qui jouent avec moi aujourd’hui sont parfois très satisfaisants comme Jordan Ferri et Farès Bahlouli.

N'est-ce pas compliqué de jouer le haut du tableau avec cet effectif ?

Je suis tout à fait conscient que le challenge est difficile. Je n’ai aucune certitude. Dans les mêmes dispositions l’année dernière on a gêné Paris assez longtemps. J’ai confiance dans l’investissement de ces jeunes joueurs qui ont faim et envie de se développer. On va faire du mieux possible.

A lire aussi :

>> Lyon prend l’eau

>> La Real Sociedad éteint l’OL

>> L’équipe-type de la 3e journée

Luis Attaque