RMC Sport

Gignac, c’est quoi le problème ?

André-Pierre Gignac

André-Pierre Gignac - -

Une nouvelle fois remplaçant mercredi à Naples (3-2), l’avant-centre de l’OM André-Pierre Gignac a perdu ses galons de titulaire dans l’esprit de son entraîneur Elie Baup. Mais son cas suscite d’autres interrogations.

Mercredi à Naples (3-2), André-Pierre Gignac a débuté sa troisième rencontre de suite sur le banc des remplaçants au coup d’envoi. Depuis le match aller au Stade-Vélodrome (défaite 2-1), l’avant-centre de l’OM n’a plus les faveurs d’Elie Baup qui lui préfère Jordan Ayew en pointe. Le souci ? Il est d’abord d’ordre tactique. Dans l’esprit du coach olympien, le cadet des frères Ayew est plus travailleur que Gignac. Comme l’a si bien illustré le « savon » passé à l’ex-Toulousain il y a 15 jours face à Naples, Baup estime que son attaquant ne fait pas assez d’efforts défensifs et qu’il déserte trop souvent la pointe de l'attaque pour s'exiler côté gauche. Entre les deux hommes, la relation n'est pas explosive mais elle reste complexe. Et elle dépasse le cadre technico-tactique.

Un froid avait déjà été jeté dès cet été lorsque Gignac a réalisé qu’Elie Baup et ses dirigeants ne s’opposeraient pas à son départ à l’intersaison, surtout si le Lyonnais Bafé Gomis avait pu le remplacer. Du côté du staff marseillais, on regrette que Gignac ne soit pas aussi affuté physiquement que la saison dernière alors qu'il s'était donné comme objectif de disputer la Coupe du monde l’été prochain au Brésil. C’est d’ailleurs pour cette raison que Gignac, accompagné de son agent Jean-Christophe Cano, avait décidé de rester à l'OM lors d'un rendez-vous sollicité par Vincent Labrune cet été.

Cheyrou : « Forcément de la frustration »

Toujours au sein du club olympien, on lâche même une évidence : le poids du contrat de Gignac, que l'attaquant marseillais traîne comme un boulet depuis 2010 (transfert de 20M€, salaire annuel estimé pour l'OM à 6M€) : « À ce salaire-là, il est normal qu'on ait un degré d'exigence, souffle un cadre. À l'OM, on n'a pas les moyens de mettre un bon joueur sur le banc, surtout pas un attaquant. S'il fait des efforts, il jouera. » Et si c’était pour dimanche contre Sochaux (17h) ?

Gignac, qui tente de garder le sourire pour sauver les apparences, a un caractère fort. Et il reste très influent dans le vestiaire, notamment auprès des jeunes. « Quand on est sur le banc, il y a forcément de la déception et de la frustration, admet son équipier Benoît Cheyrou. Mais la vraie réponse, c’est sur le terrain et il a fait une super entrée contre Naples. » Confirmation face aux Sochaliens ?

A lire aussi :

Naples-OM: Les notes des Marseillais

Naples - Visite médicale pour Réveillère

Larqué : « L’OM est sur la bonne voie »

AB avec FG à Marseille