RMC Sport

Gignac propulse l’OM au sommet

André-Pierre Gignac

André-Pierre Gignac - -

Vainqueur à Montpellier (1-0) grâce à un but d'André-Pierre Gignac en fin de match, l'OM prend seul les commandes de la Ligue 1, avant le match entre le PSG et Bordeaux (21h). Les Héraultais sont relégables.

Cet OM version 2012-2013 est décidemment imprévisible. Alors qu’on leur promettait les pires difficultés et presque les affres du bas de tableau, les Marseillais trônent à la première place de la Ligue 1 et peuvent regarder de haut leurs adversaires. D’une simple banderole déployée au coup d’envoi (« Bienvenue chez les champions »), les supporters montpelliérains avaient pourtant résumé le changement de statut des deux clubs. Habituellement outsiders face au rival marseillais, les Héraultais s’avançaient cette fois avec l’étiquette de favoris.

Mais aussi avec une sacrée pression, qu’ils n’ont finalement pas supportée. Avec un seul petit point au coup d’envoi, pas besoin de longs discours pour comprendre l’ambition du MHSC ce dimanche. Pour cela, René Girard pouvait compter sur le retour de Younes Belhanda, remis de son élongation à la cuisse contractée lors de la préparation. Et pour ce match déjà très chaud, la Mosson s’était transformée en fournaise, avec plus de 30 degrés affichés.

Par leur pressing tout terrain en début de match, les Montpelliérains font encore monter le thermomètre de quelques degrés. Mais c’est pourtant l’OM qui se montre le premier dangereux. Et en ce début de saison, la menace olympienne porte un nom : André-Pierre Gignac. Dans un contact avec Mapou Yanga-Mbiwa, l’ancien Toulousain est proche d’obtenir un penalty (12e). L’unique tir cadré d’une première mi-temps décevante est d’ailleurs à mettre à l’actif de l’international français (30e).

Le 4e but de la saison pour Gignac

Toujours sans recrue dans le onze de départ, Marseille tient la dragée haute à des Héraultais en manque d’inspiration et surtout qui peinent toujours autant à trouver Emmanuel Herrera, le successeur d’Olivier Giroud à la pointe de l’attaque. Hormis une frappe de Belhanda sur la barre, finalement signalé hors-jeu à tort, la Mosson n’a aucune occasion de vibrer. Lors du second acte, c’est encore André-Pierre Gignac, que Louis Nicollin aurait bien aimé voir porter le maillot héraultais, qui met un peu de piment à une rencontre jusqu’alors sans saveur.

En deux minutes, de la tête puis sur coup-franc (54, 55e), Gignac met deux fois Geoffrey Jourdren à contribution. La libération intervient lorsque, d’une frappe enroulée du pied droit, « APG » voit le gardien héraultais commettre une faute de main (1-0, 77e). Grâce à la 4e réalisation (toutes compétitions confondues) de l’avant-centre phocéen depuis le début de saison, l’OM confirme sa bonne forme et prend surtout seul les commandes de la Ligue 1, avec neuf points en trois journées. « Neuf points en trois matchs, c'est une bonne chose, mais ce n'est que provisoire. On ne se situera dans le championnat qu'à la 10e journée, tempère Elie Baup. Là, seulement, on pourra évaluer notre potentiel. »

Un sans-faute qui contraste avec le surplace de Montpellier, qui tombe dans la zone des relégables (18e). « Je ne suis pas en colère, mais juste déçu, lance René Girard. Mais c'est maintenant qu'on va voir si on est costauds ou pas. Même s'il n'y a pas le feu, il y a des petits signes qui font réfléchir. On va bosser et s'accrocher, car ce n'est pas l'habitude de la maison de lâcher. Mais c'est sûr que pour l'instant, on n'a pas le liant et le collectif suffisants pour aller viser d'autres résultats que celui-là. » Finalement, le changement de statut des deux clubs n’aura peut-être pas duré si longtemps.

Alexandre Alain