RMC Sport

Gillot : « Le public bordelais devra être patient »

Francis Gillot

Francis Gillot - -

Le nouvel entraîneur des Girondins n’estime pas reprendre un club en ruines. Et ne formule aucune exigence en vue du prochain mercato… si ce n’est d’avoir du temps pour mettre en place son projet de jeu.

Francis, pour beaucoup, Bordeaux s’apparente à un sacré chantier. Vous allez devoir tout reconstruire…

Peut-être pas tout. Il y a des bonnes bases ici. Quand on voit des clubs comme Lens ou Monaco descendre en Ligue 2… Il peut y avoir un coup de moins bien. Le groupe n’a peut-être pas tiré le maximum de son potentiel. Il ne faut pas tout remettre en question non plus. Le club est fautif de ce qu’il s’est passé la saison dernière. On va essayer de bien travailler et d’avoir de meilleurs résultats.

Bordeaux a tout de même fini largement en-dessous des attentes, non ?

Il ne faut pas dramatiser. Il n’y a pas eu de catastrophe non plus. Une catastrophe aurait été une descente en Ligue 2. Là, Bordeaux a quand même fini 7e du championnat. Il faut relativiser.

Que comptez-vous faire pour réveiller cette équipe ?

Ce qui a fait la réussite de Sochaux, c’est un environnement favorable, des gens qui vont à la rencontre des gens, des personnes qui leur proposent un projet de jeu. Mais même en faisant ça, on peut aussi se planter. On va s’efforcer de mettre en place ce qui a déjà marché. Mais on n’est jamais sûr de rien.

« J’adore Tigana »

Vous reprenez un effectif que de nombreux joueurs veulent quitter. Avez-vous demandé des garanties ou imposé des vétos à Jean-Louis Triaud ?

Je suis entraîneur, pas manager. Je suis venu et je n’ai pas posé de conditions. Je vais faire avec l’équipe que j’aurai à ma disposition. Je ne suis rien pour mettre le président sur le grill en exigeant telle ou telle chose. Le public devra être patient. On ne peut pas reconstruire une équipe en deux ou trois mois.

C’est en perdant lourdement contre Sochaux (ndlr, 0-4, le 7 mai), votre ancienne équipe, que Jean Tigana avait fini par jeter l’éponge…

Je ne me réjouis pas du malheur des autres. J’étais très déçu que Jean Tigana quitte le club, surtout vu la façon dont cela s’était fait. C’est quelqu’un que j’adore parce qu’il me ressemble un peu. Il est honnête, intègre. Ça m’a embêté qu’il quitte le club après le match contre Sochaux.