RMC Sport

Girard : « Une petite équipe avec des petits joueurs »

René Girard

René Girard - -

Vainqueur sur le fil de Toulouse (1-0) ce dimanche, le LOSC, deuxième à 4 points du PSG, poursuit sa belle série de neuf matches sans défaite en Ligue 1. René Girard tempère néanmoins les ardeurs et réfute les comparaisons avec Monaco ou Paris.

René, comment avez-vous abordé cette rencontre face à Toulouse ?

C’était un match que l’on pouvait redouter pour plusieurs raisons. D’abord, la coupure internationale, beaucoup de garçons n’étaient pas là. Toulouse ne nous a pas facilité la tâche avec son système très solide. Il faut avoir toute la lucidité technique pour pouvoir les mettre en danger. On ne l’a pas toujours eu précédemment. Jouer à 14h, pour les joueurs comme pour nous, ce n’est pas toujours l’idéal. Mes garçons ont vraiment réalisé un match énorme et ils sont allés au bout de l’effort. Le championnat n’est pas toujours simple. Certains samedis ou dimanches soirs, on se trouve beaux, fiers. Puis, parfois, on est mal rasés. C’était un match avec de l’engagement, un match haché qu’on a su parfaitement géré.

L'expulsion de Trejo n'a-t-elle pas été le tournant de la rencontre ?

Au lieu de reculer ou de se précipiter lorsque vous êtes en supériorité numérique, on a fait le nécessaire. On est revenu en permanence dans les 16 mètres de cette équipe puis ça a fini par payer. C’est sûr cette expulsion a constitué un avantage pour nous.

« Je vais aller manger un bon moule-frites »

Le LOSC peut-il créer la surprise cette saison ?

Le respect, ça s’acquiert. Et pour cela, il faut du temps. Les équipes comme Monaco ou Paris sont des équipes alléchantes, avec de grands joueurs. Nous, nous sommes une petite équipe et nous avons des petits joueurs. C’est logique qu’ils partent avec un avantage sur nous. Ce dimanche, c’est un défenseur qui a inscrit le but de la rencontre alors que les attaquant n’ont pas été en réussite…
Je crois que c’est bien aussi, ça prouve qu’il y a un vrai collectif. Maintenant, dans le football moderne, ce n’est pas évident de marquer des buts car les équipes sont bien regroupées. Quand elles s’apprêtent à défendre sur Salomon Kalou, il y a forcément des discussions et des plans autour de lui. C’est toujours bien que quelqu’un de derrière vienne apporter quelque chose offensivement. Ce n’est pas parce qu’on gagne 1-0 et que c’est un défenseur qui marque qu’on joue défensif. Tout le monde peut marquer. C’est bien de pouvoir débloquer des rencontres bridées comme celle-ci.

Et pourtant, même si Lille est 2e à quatre points, on parle plus du PSG ou de Monaco que du LOSC...

Ecoutez, je vais aller manger un bon moules-frites et bien dormir cette nuit. Je vais boire un bon coup puis après tout ce qui se dit… Il y a longtemps que ça ne m’empêche plus de dormir.

Pensez-vous pouvoir suivre le rythme imposé par le PSG ?

Pour l’instant ils sont à quatre points devant nous, on ne peut donc pas dire qu’ils ont pris le large, d’ici à la fin de l’année il va encore y avoir des matches intéressants et qui vont donner la possibilité de se détacher ou de grignoter des points pour d’autres équipes. C’est une équipe qui a trouvé son rythme de croisière. L’avantage qu’ils ont, c’est qu’ils possèdent trois équipes et qu’ils peuvent donc faire reposer. Pour nous c’est motivant de ne pas essayer de leur faire de l’ombre mais de les accompagner.


Lire aussi :
>> Ce qu'il faut retenir de la 14ème journée 
>> Le classement de la Ligue 1
>> Franck Kita, le « jaune » héritier

Propos recueillis par Jean Bommel à Lille