RMC Sport

Girault : « Les Ultras sont dans la clandestinité »

Olivier Girault

Olivier Girault - -

Suite aux incidents entre Ultras stéphanois et niçois, la LFP a interdit les déplacements des supporters stéphanois lors des matchs à l’extérieur. Une intervention des instances indispensable mais jugée trop drastique par Olivier Girault.

Des jets de sièges, de la violence, des évacuations puis des interpellations. Les incidents entre Ultras stéphanois et niçois la semaine dernière ont relancé le problème de la violence dans les stades cette semaine. Un débat indispensable pour Olivier Girault. Si les déplacements de groupes de supporters vont être vivement surveillés, quel équilibre trouver entre les supporters et les Ultras ? La frontière est maigre pour l'ancien handballeur tricolore. « Il ne faut pas mettre les Ultras dans le même sac que les supporters, qui se déplacent pour supporter leur équipe. Les Ultras partent de Saint-Etienne par exemple, et se donnent rendez-vous pour « se mettre sur la tronche. » Ça ne me gêne pas qu’ils se tapent dessus. Mais le problème, c’est qu’ils répercutent ça désormais dans le stade. Avant, c’était à l’extérieur.

Interdire les déplacements de supporters, c’est interdire à tous ceux qui aiment le football – c’est-à-dire les vrais supporters – de se déplacer. A Paris, ça a été réglé par le plan Leproux qui n’est pas une mauvaise chose. L’ambiance du Parc des Princes a été un peu aseptisée au début. Mais le club en retrouve une petit à petit, et il faut reconstruire autour de ça. Peut-être que la première des choses, c’est d’encadrer les déplacements de supporters. Car les Ultras sont dans la clandestinité. On ne sait pas qui ils sont réellement, ils mettent leurs masques. S’ils veulent se déplacer, d’accord. Mais qu’ils affichent clairement qu’ils sont des supporters de Saint-Etienne qui se déplacent. Les Ultras de Marseille ont déclaré ne pas se déplacer à Lille s’ils étaient encadrés. Mais qu’ils n’y aillent pas ! Ce ne sont pas à eux de dicter leurs lois.

« Je serais pour que le PSG rouvre ses tribunes »

Si le dialogue n’intéresse pas les Ultras, c’est que finalement, le foot ne les intéresse pas plus que ça. On leur donne la parole, qu’ils en profitent. Parce que ce n’est pas acceptable que dans un stade, des mecs se lancent des sièges dans la tête. C’est d’une part dégradant pour le stade, mais surtout pour l’image de leur club ! Quand je vois qu’il y a 12 000 supporters allemands qui vont à Bordeaux et qu’ils n’y a pas d’incident… ça, c’est bon pour un club.

Le modèle anglais est bien. Ils ont su éradiquer le hooliganisme qui n’avait rien à voir avec les Ultras. Il s’agissait d’actes répréhensibles et dangereux. Par contre, augmenter le prix des places jusqu’à ce que ce dernier devienne prohibitif et réservé à une élite, je suis contre ! Le football est un sport populaire, il faut qu’il le reste. Il faut qu’il y ait de la place pour tout le monde. On ne peut pas aller soit d’un côté, soit de l’autre. En France, il faudrait tout fermer, reconstruire, et repartir sur un modèle nouveau. Par exemple, je serais pour que le PSG rouvre ses tribunes aujourd’hui mais à sa manière. Qu’il y ait de nouveaux supporters, de nouveaux chants… mais que tout cela soit encadré, un peu comme à Lens. Et que tout le monde chante à l’unisson, comme en Allemagne avec Dortmund. On n’en est pas loin, mais il ne faut pas aller soit totalement d’un côté, soit totalement de l’autre. Le foot n’est pas réservé aux riches. »

A lire aussi : >> Saint-Etienne, un Chaudron « Ultras » sensible >> Nice veut en tirer les leçons >> Supporteurs : l'incident de trop ?

La rédaction