RMC Sport

Gomis et Bastos font des étincelles

-

- - -

Intenables, le Brésilien et l’international français ont permis à l’OL de remporter un large succès (3-1) aux dépens de Bordelais préoccupants.

L’Olympique Lyonnais ne pouvait mieux préparer la réception du Dinamo Zagreb, mardi prochain en Ligue des champions. Malgré l’absence de nombreux cadres et la titularisation des jeunes pousses (première pour Lacazette cette saison), les joueurs de Rémi Garde ont rendu une copie propre, profitant des lacunes criantes de Girondins qui se sont réveillés trop tard.

Comme souvent ces derniers temps, c’est Michel Bastos qui allume les premiers pétards du feu d’artifice rhodanien. Dès la huitième minute, le Brésilien réussit des prodiges techniques sur son aile gauche. Contrôle et dribble aérien sur Traoré, centre tendu à ras de terre, Carrasso trop court : Gomis tacle rageusement le ballon dans le but bordelais (1-0). Le milieu et l’attaquant de l’OL seront les deux grands acteurs d’une première période enlevée et à sens unique. L’ancien Lillois à la création, l’ancien Stéphanois à la conclusion à la 33e minute, d’une demi-volée de près après un bon travail de Grenier (2-0). Avec six buts, Gomis prend la tête du classement des buteurs.

Après la pause, Francis Gillot réagit en lançant deux attaquants, Modeste et Saivet, à la place d’Henrique et Traoré. Et les Bordelais, qui n’ont jusqu’alors cadré aucun tir, s’enhardissent enfin, même s’ils peinent à menacer Vercoutre, le remplaçant de Lloris suspendu. Mais Bastos n’a pas envie de s’arrêter en si bon chemin. Lancé en profondeur, il lobe Carrasso d’une louche subtile et donne au score une ampleur supplémentaire (3-0) malgré une chamaillerie Gomis-Ciani devant la ligne de but. Le pénalty de Modeste, pour une faute maladroite de Lovren en fin de rencontre (3-1, 85e), n’y changera rien. Les Girondins stagnent dans le bas du ventre mou tandis que Lyon, qui a déjà oublié sa défaite à Caen mercredi, mène grand train en haut du classement.