RMC Sport

Gomis : « Main dans la main avec Aulas »

Bafétimbi Gomis

Bafétimbi Gomis - -

L’attaquant lyonnais, qui a retrouvé le terrain ce dimanche contre Rennes (0-0), assure que l’épisode de sa mise à l’écart durant le mercato est désormais derrière lui. Et qu’il ne nourrit aucune rancœur envers son président Jean-Michel Aulas.

Bafé Gomis, comment avez-vous vécu votre retour ?

Ça fait plaisir parce que ça faisait plus de trois que je n’avais pas refoulé la pelouse de Gerland. J’aurais voulu qu’il y ait une victoire au bout mais ça n’a pas été le cas. Je manquais un peu de sensations en première période. Je savais que j’allais me sentir de plus en plus à mon aise au fur et à mesure de la partie même s’il me faudra quelques autres matches dans les jambes pour retrouver mon meilleur niveau. Je ne suis pas inquiet.

Aviez-vous un peu d'appréhension ?

Non. Je ne vais pas dire que je suis un vieux briscard mais j’ai pas mal d’expérience. J’ai la chance de faire ce beau métier et je suis revenu comme un jeune pour apporter ma fraîcheur et l’envie de faire une belle saison.

Vous êtes-vous donné à 100% après tout ce qu'il s'est passé ?

Oui parce qu’il faut simplement se poser les bonnes questions. J’ai de la chance d’être dans un club tel que l’Olympique Lyonnais. Le coach (Rémi Garde, ndlr) peut me faire progresser cette saison, comme il l’a toujours fait auparavant. Je bénéficie de l’aide de mes coéquipiers, de bonnes infrastructures et d’un public qui est derrière moi. Je n’ai pas de raisons de me polluer l’esprit avec toutes sortes de questions.

« On ne sera pas champion de France »

Etes-vous inquiet pour votre équipe ?

Pas du tout. Il y a de la qualité même si, on ne va pas se mentir, on ne sera pas champion de France. On va jouer notre rôle qui est d’essayer d’être européens. Et j’ai bien l’intention de tout faire pour aider cette équipe à atteindre cet objectif.

Où en sont vos relations avec votre président Jean-Michel Aulas ?

On a eu une discussion qui s’est bien passée. Sur la façon dont cela a été géré, vous (les journalistes) avez votre idée et j’ai la mienne. Le président n’a pas fait que des mauvaises choses à mon égard. Il a voulu défendre ses intérêts et j’ai défendu les miens. Le mercato est fini on doit à nouveau bosser main dans la main. Je n’oublie pas mais je ne lui en veux pas. Si j’ai décidé de rester, c’est que je respecte cette hiérarchie.

Serez-vous à Lyon jusqu'à cet hiver ou cet été ?

(Ferme) Cet été.

A lire aussi :

>> Lyon toujours au ralenti

>> Monaco garde le rythme

>> Ce qu’il faut retenir de la 5e journée

Propos recueillis par Edward Jay et à Lyon