RMC Sport

Gomis ne s’arrête plus

-

- - -

Auteur d’un nouveau doublé, l’attaquant lyonnais permet aux siens de remporter une victoire nette et maîtrisée face à Lorient (3-0). Il est en pleine forme. Son équipe aussi.

Ce n’est plus le même homme. Depuis deux mois, Bafé Gomis semble enfin avoir compris comment utiliser son physique. Plus question de jouer contre nature, en s’appuyant sur des qualités de vitesse et de profondeur qu’il ne possède pas. L’attaquant accepte désormais sans broncher son rôle de pivot. Tout en puissance, il est capable de faire des ravages. Son doublé du soir - le troisième en championnat cette saison - contre Lorient en atteste. D’abord une frappe superbe et sans élan des 16 mètres, qui ne laisse aucune chance à Fabien Audard (1-0, 41e). Ensuite une tête un peu chanceuse, signe, peut-être, que la réussite est de nouveau de son côté (3-0, 56e).

Avec huit buts en championnat, dont six au cours des sept derniers matches, celui qui était encore sifflé par Gerland en début de saison a retrouvé un rendement digne de ses meilleures années stéphanoises. Il est sorti, encore une fois, sous les acclamations d’un public qu’il a su retourner en sa faveur, remplacé par Pied (67e).

13e match sans défaite pour l’OL

Plus globalement, la métamorphose de l’attaquant lyonnais va de pair avec celle de son équipe. Bien sûr, l’Olympique lyonnais version Claude Puel n’a pas retrouvé le jeu offensif et collectif qui avait fait la force du club dans les années 2000. Mais l’équipe ne perd plus – 13 matches sans défaite en championnat – et ne doute plus. La surprenante frappe de Källström, des 20 mètres (2-0, 53e), est celle d’un joueur en confiance. L’autre bonne nouvelle, c’est qu’en dehors de Cris, un peu juste et qui est resté sur le banc, Claude Puel a enfin pu aligner son équipe-type au coup d’envoi.

Certes, la victoire de l’OL peut être nuancée. Après tout, Lorient a un parcours de relégable (18e) à l’extérieur et le club breton n’est jamais parvenu à s’imposer sur la pelouse de Gerland (4 défaites et 2 nuls). Mais le retour en grâce des Lyonnais intervient au meilleur moment. Dans un peu plus d’un mois, ils reçoivent le Real en huitièmes de finale de la Ligue des champions. D’ici là, il leur reste cinq matches pour peaufiner les détails.