RMC Sport

Gomis : « Une prolongation n’est pas d’actualité »

Bafétimbi Gomis

Bafétimbi Gomis - -

EXCLU. Invité de Luis Attaque, Bafétimbi Gomis a évoqué son avenir. En fin de contrat en juin prochain, l’attaquant ne compte pas poursuivre à Lyon. Mais avant un éventuel départ, il veut tout donner pour remettre son club sur les rails.

Bafétimbi Gomis, pensez-vous que l'OL a les moyens de redresser la barre ?

Bien sûr. On a de la qualité dans le groupe. C’est une certitude. On a eu un peu de malchance avec toutes ses blessures qui sont arrivées à un moment où on a enchainé les matchs. Aujourd’hui, on touche du bois, les blessés sont revenus. On a un groupe jeune et la concurrence pousse les jeunes à aller plus haut. La bonne ambiance se nourrit de victoires. Donc c’est très important d’avoir un groupe au complet et d’obtenir des victoires pour continuer à avancer.

Pensez-vous que Lyon a eu un déclic lors de ses dernières sorties ?

Oui. Après avoir été menés 2-0 à Monaco (défaite 2-1 dimanche lors de la 11e journée de L1, ndlr), on n’a pas lâché. On a vu un Olympique Lyonnais qui est revenu en deuxième mi-temps avec des intentions. On aurait même pu égaliser. Le match nul n’aurait pas été immérité. On a progressé par rapport à ça. Souvent, par excès d’envie, on terminait les matchs à dix. Là, ça n’a pas été le cas. C’est bien. Il faut s’appuyer là-dessus et tout faire remporter les trois points face à Guingamp (samedi lors de la 12e journée de L1). Ça nous ferait du bien au niveau de la confiance.

Le discours de Rémi Garde passe-t-il toujours auprès du groupe ?

Oui, bien sûr. Pour parler de mon cas personnel, c’est un coach avec qui j’ai effectué les deux meilleures saisons de ma carrière en Ligue 1. C’est quelqu’un avec qui je peux progresser et m’épanouir. Après, quand les résultats sont en dents de scie, on le remet toujours en question. Il faut voir aussi comment il a pu travailler. Les histoires de cet été ne l’ont pas forcément arrangé. Il y a aussi des jeunes qui arrivent à maturité avant d’autres. Aujourd’hui, c’est Clément (Grenier) et Max (Gonalons) qui sont des leaders du groupe. Demain, ça sera Umtiti, Lacazette ou le petit Benzia. Il faut laisser le temps au coach.

La cohabitation est-elle au beau fixe avec les jeunes ? Maxime Gonalons a récemment eu un petit accrochage avec Samuel Umtiti (ce dernier s'était fait livrer une Maserati au centre d

Il y a un temps de choses qui ont été dites par rapport à cette histoire. On a tous eu 20 ans. On a tous voulu faire ce genre de choses. Lorsqu’il y a de mauvais résultats, ça fait un peu plus parler. L’Olympique Lyonnais est un club qui a beaucoup de valeurs, qui fait attention à son image. C’est vrai qu’ils ont fait le petit reproche à Samuel Umtiti, en lui disant de faire gaffe. Mais à 20 ans, les joueurs sont encore en formation. Ils font certaines erreurs. J’ai une discussion avec Sam, qui a été très réceptif. Aujourd’hui, on voit un Sam qui est prêt à tout donner pour son club. C’est très important. Il a appris et tiré les conséquences de cette histoire. Je suis persuadé que demain, il ne le refera plus.

Avez-vous digéré votre mise à l'écart du groupe l'été dernier ?

Ça a été compliqué. Mais il n’y a pas de soucis. J’ai la confiance de mes dirigeants et du coach. Il a fallu travailler parce que je n’ai pas eu une bonne préparation. Petit à petit, je remonte la pente. Je suis bien aidé par le staff et les joueurs.

Avez-vous eu des contacts avec Marseille à l'intersaison ?

Il y a eu des discussions. Mais aujourd’hui, ce n’est pas d’actualité. J’ai la tête et les jambes à Lyon. Et je veux vraiment faire une belle saison.

Vous serez en fin de contrat en juin prochain. Pensez-vous à une prolongation ?

J’ai entendu pas mal de choses se dire. Moi, je pense que Jean-Michel Aulas est un grand président. Il n’a pas fait que des mauvaises choses à mon égard, il m’a beaucoup aidé pour m’imposer à Lyon. Ça reste un grand président du football français. Aujourd’hui, la prolongation n’est pas d’actualité. Je suis encore sous contrat une année et je donnerai tout pour l’OL. On vit des moments compliqués. Je sais que je suis un joueur important qui, avec ses coéquipiers, peut essayer de sortir le club de ce moment difficile. Je suis très attaché à ce club. Ça fait maintenant cinq ans que je défends ses couleurs. J’y ai vécu de très grands moments, notamment en Ligue des champions. J’ai beaucoup d’amis ici.

La taxe à 75% sur les très hauts revenus pourrait-elle précipiter votre départ cet hiver ?

Non. Je vais rester jusqu’à la fin de saison. Je ne suis pas le genre à quitter le navire en pleine saison. Concernant cette taxe, je suis issu d’une famille africaine de dix enfants. Cette crise touche aussi mes frères et sœurs, qui n’ont pas forcément trouvé un emploi. Je n’ai pas attendu cette taxe pour partager mes revenus. Je ne sais pas ce qu’il se décidera. Mais c’est sûr qu’il faut faire un geste et moi, je suis prêt à le faire.

A lire aussi :

>> Gonalons : « On savait que cette saison serait compliquée »

>> Lyon : les supporters interdits de derby

>> Toute l'actualité du football

La rédaction