RMC Sport

Gourvennec : « Guingamp, pour le PSG, c’est moins fun »

Jocelyn Gourvennec

Jocelyn Gourvennec - -

Avant de se déplacer à Paris, samedi (17h) à l’occasion de la 4e journée de Ligue 1, Jocelyn Gourvennec n’a pas caché l’énorme différence entre le PSG et Guingamp. Mais l’entraîneur breton est bien décidé à jouer sa carte à fond.

Jocelyn, comment abordez-vous cette rencontre au Parc des Princes ?

C’est le Parc de Princes, un très gros défi à relever. On n’a pas envie de passer à travers. On va affronter des joueurs de classe mondiale, qu’on ne jouerait pas si le PSG ne disposait pas des leviers financiers actuels. Il faut le prendre comme une chance. Mais en même temps, dans la préparation du match, il y a plutôt du calme et de la sérénité. Il sera toujours temps de s’énerver à 17h samedi, si on doit s’énerver. Je me doute que pour les Parisiens, c’est plus sympa de jouer des gros matchs. C’est moins fun de recevoir Guingamp et d’autres. Mais ça reste un match à jouer.

Que vous inspire l'écart qui existe entre les deux clubs ?

Ce sont les deux extrêmes : la plus grande ville française contre une toute petite ville, un budget stratosphérique contre un budget « humain ». Ce sont donc les deux opposés du championnat qui se rencontrent. Mais on a aussi en commun une certaine forme de professionnalisme. Le PSG est un club qui grandit, qui se structure et s’étoffe. Ils sont très pros. Mais nous aussi, on est très pros à notre échelle, c’est ce qu’on a en commun. Pour le reste, entre l’effectif de Paris et celui de Guingamp, il n’y a pas photo. Mais après, le football reste le football. Ça fait un peu le Petit Poucet de la Coupe contre le champion de France.

Que pensez-vous de Laurent Blanc à la tête de cette équipe du PSG ?

C’est un plaisir de le voir. C’est un entraîneur reconnu, qui a été sévèrement jugé après son expérience à la tête de la sélection. Il a redonné vie à l’équipe de France après la très difficile Coupe du monde 2010. Il lui a redonné une âme et je pense que Didier Deschamps en profite aujourd’hui. Auparavant, il avait fait du très bon travail à Bordeaux et je n’ai pas de doute quant au fait que ça soit la même chose à Paris. C’est quelqu’un qui a vécu une carrière de très haut niveau dans des grands clubs et qui a retenu plein de choses. Il a un axe de convictions sur le football.

Que pensez-vous d'Edinson Cavani, recrue phare du PSG cet été ?

Il est exceptionnel, tout simplement. Exceptionnel dans la débauche d’énergie, dans sa mise à disposition de l’équipe, dans les efforts qu’il fait quand son équipe a le ballon mais aussi quand elle ne l’a pas, dans la qualité de ses déplacements, dans son jeu sans ballon pour sortir du marquage. Et puis techniquement, c’est très juste. C’est un joueur qui joue très simple et rarement à plus de 2-3 touches de balle. C’est sans doute la recrue la plus collective du PSG. Comme il a autour de lui des joueurs magiques, comme Zlatan, Thiago Motta, Lavezzi, Lucas et d’autres, logiquement, ça doit prendre.

La différence d'expérience entre les deux équipes n'est-elle pas trop grande ?

L’équipe qui a le plus de pression au monde, c’est le Brésil : pression médiatique, populaire et l’héritage historique de ce que représente cette sélection. Les joueurs qui ont l’habitude de jouer dans cette équipe peuvent subir toutes les autres pressions. Et le capitaine du PSG (Thiago Silva, ndlr) est aussi celui de la Seleçao. Donc c’est vrai qu’ils ont beaucoup de maitrise et de force. C’est un gros match pour nous, moins pour eux. C’est un adversaire très difficile mais on va tout donner.

A lire aussi :

>> Matuidi : « Toujours des choses à régler »

>> Ibrahimovic : « Ribéry est fantastique »

>> Blanc : « Les joueurs ne sont pas encore au top »

Propos receuillis par PYL