RMC Sport

Govou : « On doit passer à autre chose »

-

- - -

Une semaine après la claque reçue à Nice (1-4), l’OL se rend samedi à Saint-Etienne pour le derby. Sidney Govou veut se relancer sur un terrain où l’OL n’a plus perdu depuis 1994.

Avez-vous digéré la défaite à Nice (4-1, le week-end dernier) ?
On a eu deux jours de repos après cette défaite. On en a reparlé cette semaine. Maintenant, dire qu’on est remis, je ne sais pas. Il n’y a que le terrain qui le dira. Ce qu’on a fait à Nice, il vaut mieux l’oublier. De temps en temps, ça arrive. Il vaut mieux prendre ça comme un accident. On doit passer à autre chose en nous appuyant sur des matches comme celui de Liverpool, lors duquel on a été très bon.

Comment expliquez-vous un tel écart entre votre prestation à Anfield et la claque reçue à Nice ?
On s’était parlé avant le match. On savait que ça allait être difficile. On a du mal avec ce passage entre Ligue des Champions et championnat. Il faut prendre conscience que le plus important ça reste le championnat. On n’a pas le droit de produire des matches comme ça. On est une équipe un peu moins expérimentée que par le passé. Quand on sort d’un très bon match de Ligue des Champions, on a moins de jus, les efforts se font moins facilement, donc il faut avoir encore plus envie. Ce n’est pas forcément évident vu le manque d’expérience de certains joueurs.

Vous allez enchaîner une série compliquée de trois matches avec un déplacement à Saint-Etienne, la réception de Liverpool et un déplacement à Marseille…
On a montré depuis le début de saison qu’on avait une équipe très compétitive. On peut redevenir champion. Malgré les absences des uns et des autres, on a réussi à compenser pendant un moment. Ces trois matches vont être très importants. La réception de Liverpool peut nous permettre de nous qualifier directement pour les huitièmes de finale de la Ligue des Champions. En championnat, on a déjà perdu un match à domicile et un à l’extérieur. Ca commence à faire beaucoup pour une équipe qui prétend viser le titre. Une défaite à Saint-Etienne serait problématique.

Lyon n’a plus perdu à Saint-Etienne depuis 1994. Vous gardé cette date en tête ?
Non pas vraiment. On espère évidemment que ça va continuer. Tous les joueurs aiment disputer des matches comme ça. On a tous envie d’être sur le terrain. Maintenant, il faut qu’on arrive à gérer nos émotions par rapport à ce genre de rendez-vous.

Cette rencontre est toujours un moment particulier pour vous…
Oui, c’est toujours une rencontre spéciale. Je suis originaire du Puy. Là-bas, les gens ont cette attirance pour les Verts. Ça ne me met pas le cul entre deux chaises car je me sens 100% lyonnais depuis tout le temps. Mais c’est marrant. On se chambre avec mes amis qui sont pratiquement tous stéphanois. Comme on gagne depuis un moment maintenant, j’ai la chance de pouvoir les charrier après les matches.

Propos recueillis par Edward Jay