RMC Sport

Hengbart : « Ce n'est pas du dopage mais... »

-

- - -

Invité de Luis Attaque sur RMC, le défenseur de l’AC Ajaccio, est revenu sur l’avant-saison particulière du club corse, durant laquelle il n’a pas voulu prendre des produits que Fabrizio Ravanelli et son staff mettaient à disposition.

Cédric Hengbart, avez-vous eu peur lorsque Fabrizio Ravanelli et son staff vous ont demandé de prendre certains produits cet été ?

Non pas du tout. Ça ne m’a pas fait peur. Je connais des joueurs qui ont déjà pris de la créatine. Il n’y a pas de problème avec ça. Le problème que j'ai eu moi, c’est que j’ai refusé d’en prendre.

Pourquoi avez-vous refusé ?

Je n’en avais pas besoin. Ce n’est pas du dopage, c’est sûr et certain. Mais pour moi, et je le pense depuis tout jeune, lorsqu’on prend des produits pour améliorer la performance physique et la récupération, ce n’est pas naturel. Donc on peut quand même l’assimiler à une forme de dopage.

De quels produits parle-t-on exactement ?

De la créatine, des protéines. Ce n’est pas extraordinaire. Ce sont des produits que beaucoup de gens prennent pour faire de la musculation dans la vie courante. Ils ont voulu qu’on en prenne tout de suite en stage. Le docteur du club est intervenu pour minimiser les doses, parce qu’on n’a pas les mêmes qu’à l’étranger. Ils nous ont expliqué les effets positifs de ces produits. Après chaque grosse séance, il fallait prendre de l’eau mélangée avec des protéines pour soi-disant mieux récupérer. Si j’ai refusé, ce n’est pas pour une question de confiance, c’est une question de principe personnel.

Etiez-vous le seul joueur dans ce cas ?

Je suis le seul à avoir dit dès le début qu’il ne fallait pas en prendre. Après, je pense qu’il y a beaucoup de joueurs qui n’ont rien dit mais qui n’ont pas pris ces produits.

Avez-vous l'impression d'impression d'avoir été mis de côté à cause de ça ?

Le staff est arrivé avec une autre façon de travailler. C’était beaucoup plus physique. Ils nous ont dit que si on voulait suivre les séances, il fallait prendre ces produits-là. Mais on ne m’a jamais fait comprendre que c’était à cause de ça que je ne jouais pas. Peut-être que le coach n’a pas apprécié ma façon de jouer, il n’y a pas de souci par rapport à ça.

Gardez-vous une certaine rancœur vis-à-vis de Fabrizio Ravanelli ?

Non, je ne lui en veux pas. Il n’a qu’un seul objectif, c’est d’avoir des résultats et il ne les a pas eus. Donc je pense qu’il n’a pas eu raison. Ce n’est peut-être pas lié, mais il y a eu énormément de blessés lors de la préparation à Ajaccio.

Pensez-vous que les séances étaient trop intenses ?

Je pense qu’on en a trop fait avec des joueurs qui n’étaient pas habitués. C’est mon sentiment. C’est vrai que par moments, il y avait de grosses séances les jours avant les matchs et il y avait ensuite de nombreux blessés. Mais c’est peut-être une coïncidence.

A lire aussi :

>> Ajaccio : Ravanelli saute !

>> Le classement de Ligue 1

>> Toute l'actualité du football

Le titre de l'encadré ici

|||

La recette du cocktail Ravanelli
Si les propos de Cédric Hengbart ont créé le soupçon autour de l’AC Ajaccio, aucun des produits préconisés par Fabrizio Ravanelli pour la préparation physique n’est interdit par le code de l’Agence mondiale antidopage. Mais de quoi s’agit-il exactement ? D’acides aminés, qui permettent de reconstituer les fibres musculaires abîmées, d’hydrates de carbone pour restocker le glycogène dans le muscle, d’Oméga 3 qui possèdent des vertus de protection cardio-vasculaire, de protéines favorisant la prise de muscles et de créatine. « En théorie, il y des compléments alimentaires fabriqués de manière parfaitement saine mais qui se retrouvent contaminés parce qu’il y avait des produits dopants sur la chaîne de fabrication juste avant eux, éclaire Pierre Sallet, docteur en physionomie. Cela rend la prise de complément alimentaire très risquée. » Selon une source interne au club corse, la prise de ces produits est quotidienne. « C'est une dose au petit déjeuner, puis une dose après l'entraînement l'après-midi. Il y a un shaker à disposition des joueurs qui récupèrent leur mélange de protéine et de créatine. Le staff médical veille à ce qu'ils le prennent tous. Pour moi, c'est une surmédicalisation, du gavage. Ce n'est pas adapté. » Nommé entraîneur par intérim après le limogeage de Ravanelli, Christian Braconi a ainsi indiqué qu'il allait « mettre un terme aux compléments alimentaires » lors d'une conférence de presse donnée lundi. G.Q.

La rédaction