RMC Sport

Ibrahimovic, un salaire « indécent » ou utile ?

Zlatan Ibrahimovic

Zlatan Ibrahimovic - -

Invitée de Carrément Brunet ce jeudi sur RMC, Chantal Jouanno, sénatrice UMP de Paris, a attaqué le transfert et le salaire de Zlatan Ibrahimovic au PSG (14 millions d’euros net par an). Razzy Hammadi, député PS, n’est pas du même avis.

Chantal Jouanno (UMP, sénatrice de Paris, ancienne championne de France de karaté, ancienne ministre des Sports)
« C’est le caractère indécent du transfert qui m’agace. Quand je vois les difficultés du football amateur pour survivre, le manque d’argent pour la formation ou aider le développement du football féminin, je trouve ça indécent qu’on puisse mettre autant d’argent pour une seule personne. Ça prouve qu’il y a beaucoup d’argent dans le football. »

« Le monde du sport ne cesse de dire qu’il n’a pas assez d’argent en réclamant de l’argent public pour construire des stades ou mener des actions sportives, notamment dans les banlieues. On ne cesse de nous demander de l’argent. Sur le fond, je suis contre l’idée du sport spectacle. C’est une idée qui me choque. Je n’ai pas souvenir que nos grands athlètes aient été autant payés. »

Razzy Hammadi (PS, député de la 7e circonscription de Seine-Saint-Denis)
« C’est un fonds qatari (QSI, ndlr). Si on avait dit à ce fonds qatari qu’il ne pouvait pas se payer des joueurs de plus de 2 millions d’euros, il n’aurait peut-être pas investi son argent en France. Il y a plusieurs millions d’euros qui vont venir financer chaque année les cotisations sociales et des besoins qui sont dans le cadre de l’intérêt général. »

« Si vous pouvez investir en France mais pas payer vos joueurs plus de 2 millions d’euros, nous n’aurions jamais eu plus de 5 ou 6 millions d’euros de cotisations sociales et patronales rentrés dans les caisses de l’Etat. C’est au niveau de la fiscalité qu’il faut agir. Il faut aller plus loin avec la tranche de 75% que propose François Hollande au-delà d’un million d’euros. C’est une fiscalité progressive et juste. A partir du moment où on a la liberté de pouvoir payer les salariés au tarif que l’on souhaite, c’est cohérent. »