RMC Sport

Ilan : « Je reste parce que je n’ai pas d’autre option »

-

- - -

Ilan revient sur le début de saison catastrophique des Verts (derniers avec deux défaites). L’avant-centre brésilien redoute de vivre la même saison que l’an dernier.

Ilan, comment jugez-vous le début de saison de l’AS Saint-Etienne ?
Ce n’est pas à moi de juger mais c’est un début compliqué. On perd deux matches, et on revient avec un match à la maison qu’il faut absolument gagner pour aller chercher les trois points. Moi, je ne veux pas vivre une saison comme celle que l’on a vécue l’année dernière. A la direction de faire ce qu’il faut pour ne pas revivre tout cela. On vend des joueurs mais on ne renforce pas l’équipe. A un moment donné, il faut avoir un peu plus d’ambition. On a tout pour réussir ici avec un bon public, un bon stade et un centre d’entrainement. Il faut quand même avoir des ambitions. J’ai l’impression parfois que les ambitions du club ne sont pas les même que les miennes et cela me rend un peu triste parfois. Moi je veux encore jouer la Coupe d’Europe ! On doit rentrer dans le championnat pour être en haut du classement, et non pas simplement pour se maintenir. Je ne pense pas que Saint Etienne mérite cela.

Dans ce contexte, faut-il avoir peur du promu Boulogne-sur-Mer, votre prochain adversaire samedi ?
Il n’est pas question d’avoir peur, mais il faut être attentif parce qu’on joue à domicile et qu’on doit aller chercher les trois points. Il faut être concentré et trouver les moyens de gagner. Avec tous les joueurs qui sont blessés, c’est vrai que ce n’est pas simple. On est déjà très mal placé (20e et dernier, ndlr) avec un goal-average terrible (-4). Le championnat va très vite et c’est toujours compliqué de rattraper quatre ou cinq défaites. Moi je ne pensais pas du tout que l’on allait commencer la saison comme ça.

Comment voyez-vous votre avenir ?
Pour l’instant, mon avenir est ici parce que je suis obligé de rester. Le club ne veut pas me vendre ou me prêter. Je reste parce que je n’ai pas d’autre option. J’ai un contrat et je vais le respecter jusqu’au bout, comme je l’ai toujours fait. Je me battrai sur le terrain pour moi et pour les supporters aussi. Mais je ne sais pas si je resterai après, on ne parle plus de prolonger mon contrat.

La rédaction