RMC Sport

Johan Hamel, de Bayonne au Stade-Vélodrome

Stade Vélodrome

Stade Vélodrome - -

L’arbitre d’OM-Lille devait diriger un anonyme match de National ce week-end entre Bayonne et Plabennec. Suspension par la FFF des meilleurs sifflets français oblige, il va se retrouver sous le feu des projecteurs du choc de L1…

Pas la peine de demander à Johan Hamel, 30 ans, issu de la Ligue Languedoc-Roussillon, ses impressions avant le Marseille-Lille de ce dimanche (21h), dans un Stade-Vélodrome comble et devant plus de deux millions de téléspectateurs. Les consignes de la FFF sont passées : il ne s’exprimera avant la rencontre. Cet homme, qui évolue habituellement en National, connaît déjà le cratère marseillais pour avoir été… le quatrième arbitre de la rencontre entre l'OM et le Stade Malherbe de Caen.

Ce n’est que vendredi qu’il a été averti de son changement de planning, lui qui devait diriger ce week-end la rencontre bien moins glamour entre Bayonne et Plabennec, pour la 29e journée de National. Et il n’a reçu confirmation que ce matin de cette nomination surprise. D'après nos informations, Johan Hamel était l'arbitre de sa catégorie (F3) le mieux noté pour prétendre arbitrer une telle rencontre.

Une mini-polémique en 2009

C'est donc bien un sifflet français qui officiera lors du choc de L1 alors que des hommes en noir italiens et allemands avaient été contactés plus tôt dans la semaine. Ils avaient décliné en signe de solidarité pour le mouvement de leurs collègues hexagonaux.

Novice en L1, Johan Hamel, qui sera assisté du duo Frédéric Hébrard et Christophe Mouysset, également issu du National, ne manque cependant pas de personnalité. En mars 2009, il avait été au cœur d’une polémique après un match entre Cannes et Créteil. Les Cristoliens lui avaient reproché des propos désobligeants sur le niveau des joueurs. Gardien des banlieusards parisiens ce soir-là, Richard Trivino se souvient. « Il avait un peu chambré mes coéquipiers, l’air de dire : ‘Vous ne gagnerez pas ce match’. Il est très jeune. Ça fait trois ans que je le croise, je l’ai vu évoluer. La première année, je me suis dit : ‘C’est un petit con’. D’homme à homme, on s’est expliqué. Il a su reconnaître ses erreurs. Il a tout pour réussir et pour faire un très bon arbitrage. »

SO, JFP