RMC Sport

Kezman veut rester à Paris

En manque de réussite depuis le début de la saison, l’attaquant serbe Mateja Kezman s’est relancé dimanche en signant un doublé, et continue de se battre pour gagner sa place.

Qu’on se le dise, Mateja Kezman n’est pas mort. Barré pourtant par une rude concurrence en attaque, l’ancien buteur de Chelsea s’accroche comme il peut. Le Serbe n’a ni la détente verticale d’Hoarau, ni le dribble de Luyindula ni la vivacité de Giuly. Mais Luyindula absent, c’est bien Kezman, dans un registre très proche du renard des surfaces, qui a quasiment qualifié à lui tout seul le club de la capitale dimanche dernier pour les huitièmes de finale de la Coupe de France (3-0). « Il faut relativiser, tempère son agent Franck Belhassen. Il n’a marqué que deux buts contre une équipe de CFA. »
Certes. Mais ce doublé ne peut faire que le plus grand bien à l’attaquant serbe, prolifique en Coupes (cinq buts) mais presque muet en championnat (quinze matches, un but). « Je veux qu’il reprenne confiance, qu’il se sente bien », confiait Paul Le Guen à l’issue de la victoire face aux Corses.
A défaut de pouvoir bouleverser la donne, Kezman joue le jeu, le tout avec un professionnalisme remarquable. La semaine dernière, ce dernier faisait des heures sup’, enchaînant un match avec la réserve avant les 16e de finale de la Coupe de France. Et lorsque la rumeur l’envoie à droite et à gauche, ce dernier la balaie d’un revers de la main. « Il y a eu des offres du Qatar, de Dubaï, mais Mateja ne veut pas y aller, martèle Franck Belhassen. C’est comme le soi-disant intérêt de l’Espanyol Barcelone. C’est de la fiction. Kezman veut rester au PSG ».

Soutenu par le vestiaire

Sa situation n’est pas idéale pourtant. Cet été, il n’était que le deuxième choix de Paul Le Guen. Il a, à son actif, un grand nombre de ratés devant le but, des ratés qui font de lui l’une des têtes de Turc du Parc aujourd’hui. Mais le Serbe, soutenu par Peguy Luyindula et le reste du vestiaire parisien, n’est pas prêt à rendre les armes. « Paris lui paie un bon salaire mais Mateja a perdu de l’argent pour venir ici. C’est un club où il avait envie de jouer depuis tout jeune. »
Le départ de Charles Villeneuve, acteur principal de sa venue, peut-il remettre en cause toute cette envie ? « Mateja pense qu’il va se passer quelque chose au PSG et il veut y être. Et puis rien ne dit qu’il ne va pas mettre sept ou huit buts avant la fin de l’année. » Cela, c’est certain, l’aiderait à faire taire ses détracteurs et à les convaincre du bien-fondé des 3,5 millions d’euros que Paris déboursera en juin prochain à son encontre, à condition que le club figure dans les huit premiers du championnat.

La rédaction