RMC Sport

Kombouaré : « Ça peut prendre un an »

-

- - -

Avant un déplacement périlleux chez le leader montpelliérain samedi soir (21h), le coach parisien est revenu sur le début de saison réussi mais perfectible de son équipe. Selon lui, l'osmose entre toutes les nouvelles stars parisiennes prendra du temps. Pas sûr que les actionnaires qataris soient du même avis.

Antoine, êtes-vous surpris par le début de saison de Montpellier ?

Non. Depuis qu’ils sont revenus en L1 (en 2009-10, ndlr), les Montpelliérains sont toujours en haut de l’affiche. C’est une équipe qui est régulière au plus haut niveau. Ils font une entame de saison fantastique et n’ont perdu qu’à Lyon (2-1) où, selon moi, ils ne méritaient pas la défaite. A domicile, ils comptent trois victoires en autant de matches. Ils sont impressionnants.

Montpellier est-il en avance sur le PSG ?

Chez eux, il y a eu peu de mouvements cet été. Mais l’arrivée d’Hilton, que j’avais d’ailleurs conseillé à certains copains de clubs en L1, explique les excellents résultats. C’est un très bon joueur qui a beaucoup d’expérience. Ce groupe vit bien. Tout cela est logique.

Le PSG est-il toujours en construction ?

Tout à fait. Quand neuf nouveaux joueurs arrivent, dont certains sans préparation, ce n’est pas facile. Heureusement, nous avons des bons résultats. Cela permet d’emmagasiner de la confiance et de travailler les automatismes. Mais il faut du temps. Ça peut prendre six mois ou un an. Regardez Montpellier, cela fait plusieurs années qu’ils jouent ensemble et, cette saison, ils sont partis pour faire un très beau championnat.

Les deux équipes aiment jouer au ballon. Doit-on s'attendre à un match ouvert ?

Je l’espère. En ce qui me concerne, je vais rester fidèle à mes principes : je veux une équipe qui soit capable de défendre mais j’aime la voir aller de l’avant, se créer des occasions. J’aimerais qu’il y ait des centres, des frappes. Je veux voir mes attaquants enchaîner les courses. Et marque des buts bien sûr.