RMC Sport

Kombouaré : « J’attends une révolte »

L'entraîneur du PSG attend un signe de révolte de la part de ses joueurs face à Sochaux

L'entraîneur du PSG attend un signe de révolte de la part de ses joueurs face à Sochaux - -

Déterminé à quelques heures du match à Sochaux (21h), l’entraineur parisien demande à ses joueurs de renouer avec la victoire, deux mois après le dernier succès du PSG en L1.

Antoine Kombouaré, comment s’est passée cette semaine d’entraînement ?
Je n’ai récupéré les joueurs que mercredi. J’ai senti de la fatigue, beaucoup de fatigue. Il a fallu travailler sur des organismes un peu éprouvés. Le médecin du club a dit qu’ils allaient tous bien. Il n’y a que Guillaume Hoarau et Willy Grondin (blessés) et Claude Makelele (suspendu) d’indisponibles.

L’état physique de vos joueurs vous inquiète-t-il ?
Pour les malades, c’est assez logique, ils sont restés dix jours sans s’entraîner. Ludo et Mamadou sont également restés trois ou quatre jours au lit. Et puis, ces derniers temps, on a parlé de tout sauf de terrain et de foot, donc bon…

Le PSG reste sur deux mois sans victoire. Pourtant, vu de l’extérieur, on ne sent pas un réel affolement de la part de votre équipe...
Oui, c’est le danger. Je l’ai dit aux joueurs. Ils le savent. On est en train de glisser dangereusement au classement. On n’est pas conscient qu’aujourd’hui, on n’est pas à notre place. Si on ne fait pas ce qu’il faut… on a les résultats qu’on a en ce moment. Deux mois sans victoire, c’est long. Je n’accepte pas ça. Je ne suis pas content. J’attends une révolte, ça passe par le match de Sochaux.

« On est en train de glisser dangereusement »

Comment doit s’exprimer cette révolte ?
Cela passe par énormément de détermination. On ne défend pas trop mal, on n’attaque pas trop mal mais on ne marque pas… et on encaisse toujours ce petit but qui nous coûte des points. Il va falloir en faire plus, plus que ce que l’on produit aujourd’hui. Et puis il ne faut pas se chercher des excuses. On n’avait pas nos attaquants (Hoarau et Erding), on a eu des suspendus, la grippe A… il faut balayer tout ça. C’est de l’histoire ancienne. Tout le monde peut marquer. Il ne faut surtout pas prendre de but. Ce serait une grande avancée. J’attends un grand match de mes joueurs dimanche à Sochaux.

Dans le Doubs, vous pourrez compter de nouveau sur Mevlüt Erding...
C’est important qu’il revienne. C’est quelqu’un qui est attiré par le but. Il va permettre à ses partenaires de se galvaniser, de retrouver confiance en eux. En plus, il revient chez lui… Il va pouvoir nous donner la recette pour gagner.

Depuis son absence, le PSG n’a pas gagné un match.
C’est une triste coïncidence. Mais cela démontre aussi la valeur du joueur et la confiance que les autres lui portent.

Pourquoi les joueurs n’affichent-ils pas cet esprit de rébellion ?
Malgré nos mauvais résultats, on n’est peut-être pas assez mis en avant. On parle de tout ce qui se passe, de l’extra-foot alors que si on met un peu plus le doigt sur ce qui ne va pas, les joueurs seront peut-être plus attentifs aux lacunes qu’ils ont. Il faudrait un peu plus de pression. Est-ce qu’il faudrait arriver à être au plus mal pour rebondir ? Je ne sais pas. Les joueurs savent ce qu’ils ont à faire. Ils ont dû en parler entre eux. Tout le monde a conscience qu’on sera attendu dimanche.

Du côté de Sochaux, on craignait que le match puisse être reporté pour cause de grippe A.
Je n’ai jamais eu peur parce que j’ai toujours pensé que ce match aurait lieu… comme le week-end dernier face à Marseille. On s’est entraîné toute la semaine pour ça. Après, il y a des instances qui sont là et qui prennent des décisions.

Alix Dulac (RMC Sport)