RMC Sport

Kombouaré se retrouve en première ligne

Antoine Kombouaré

Antoine Kombouaré - -

La défaite inquiétante du PSG à Sochaux (1-3) place l’entraîneur parisien dans une situation délicate. A demi-mots, Robin Leproux ne l’a d’ailleurs pas épargné dans ses déclarations d’après-match.

C’est peu dire qu’Antoine Kombouaré est casanier. Depuis qu’il est entraîneur, il ne compte que 10 victoires à l’extérieur sur 102 déplacements en Ligue 1 ! Un chiffre qui montre bien l’incapacité du coach parisien à trouver la bonne formule dès qu’il s’éloigne de sa pelouse.
Contre Sochaux, la fébrilité du PSG a été plus évidente que jamais. « C’est un match absolument lamentable, une prestation complètement indigne », lâchait d’ailleurs Robin Leproux à l’issue de la rencontre.
Dans ses propos, le président du PSG désigne clairement les membres du secteur sportif comme seuls responsables du mauvais début de saison parisien. « Il faut une remise en question personnelle, collective, de travail de tous ceux qui sont en charge du sportif. »
Parmi eux, Antoine Kombouaré est en première ligne. Surtout que son attitude et ses résultats semblent agacer l’actionnaire.
Dans ses déclarations, le coach parisien est ainsi en parfait décalage avec son président. « En première mi-temps, on s’est créé six ou sept occasions franches sans marquer, rappelle-il. Derrière, Sochaux a marqué sur sa première situation et a doublé la mise sur sa deuxième. » Comme s’il se cherchait des excuses…

Prise de bec avec Coupet

En outre, malgré les recrues de Nene et Bodmer, venus compléter un effectif qui n’a perdu aucun joueur majeur cet été, Kombouaré n’hésite pas à en demander plus. « C'est capital de recruter au moins un défenseur, affirme-t-il. J'attends un geste de l'actionnaire. » Après avoir encaissé neuf buts au cours de ses trois derniers matches, cette demande apparaît légitime. Mais le « geste » réclamé pourrait se faire attendre. « Quand on regarde les joueurs sur le terrain, vous n’allez pas me dire qu’il n’y a pas de quoi rivaliser voire battre Sochaux à domicile, lâche Robin Leproux. Au moment où on doit montrer un autre visage à nos supporters, on s’est complètement plantés et ça ne va pas continuer comme ça. » Kombouaré peut s’inquiéter. Sa prise de bec avec Grégory Coupet dans le vestiaire du stade Bonal après la défaite à Sochaux est le signe que même les cadres commencent à se poser des questions…

C. Z.