RMC Sport

Kombouaré : « Un match contre une équipe redoutable »

-

- - -

Antoine Kombouaré, l'entraîneur du VAFC, s'attend à une rencontre difficile contre Auxerre, samedi (19h) à Nungesser.

Antoine Kombouaré, Valenciennes reçoit Auxerre samedi à Nungesser. Comment appréhendez-vous la venue de cette équipe bourguignonne ?
Auxerre est une équipe redoutable, qui marche fort en ce moment. Cette équipe est la 6ème meilleure défense du championnat et possède un homme qui marche sur l’eau en ce moment, leur attaquant polonais Jelen. C’est une équipe très dangereuse, bien regroupée, compacte qui utilise à merveille le contre avec la vitesse de ses attaquants. J’espère que mes joueurs vont répondre présents, réussir un gros match et pourquoi pas prendre les trois points de la victoire.

Êtes vous d’accord pour dire que ce match, c’est un peu le duel entre deux équipes qui ont sorti la tête de l’eau depuis la reprise ?
C’est surtout vrai pour Auxerre qui est aujourd’hui 9ème avec 37 points et huit unités d’avance sur la zone de relégation. Nous sommes encore proches de la zone de relégation (Valenciennes est 13ème à 4 points du premier relégable Saint-Etienne, ndlr). Auxerre est bien avancé dans son opération maintien. Avec une victoire, ils peuvent se mettre presque définitivement à l’abri. Je suis sûr que Jean Fernandez a dû insister sur ce point cette semaine. Ca va être très dur mais c’est un match très intéressant à jouer. Je suis curieux de savoir si on va être capable de relever le défi.

Jonathan Lacourt et José Saez sont blessés, Carlos Sanchez suspendu. Quels joueurs allez-vous aligner au poste de milieu défensif ?
C’est difficile d’être privé de trois joueurs pouvant évoluer à ce poste mais je suis obligé de faire avec. Il va falloir trouver une solution, composer pour éviter que ce problème se transforme en handicap. Heureusement, Jeovannio a pu s’entraîner avec le groupe même s’il a reçu un coup lors de la séance.

Votre effectif n’est pas épargné par les blessures au milieu mais aussi en attaque avec l’absence depuis 2 journées de Jean Claude Darcheville. Qu’en est-il pour le match face à Auxerre ?
Jean-Claude a fait son premier entraînement collectif depuis son retour de blessure avec le groupe mercredi. C’est bien, je suis rassuré mais il faut maintenant voir comment son mollet va réagir après cette séance. Je n’ai pas encore pris de décision le concernant, il reste encore 2 jours d’entraînement, jeudi et vendredi avant de statuer sur son sort.

Face à Auxerre, vous avez l’occasion de porter votre série d’invincibilité à 13 matches. Êtes-vous un brin superstitieux ?
Ce n’est pas une donnée qui m’intéresse, je n’étais d’ailleurs pas au courant de cette série de 12 matches sans défaite. C’est le cadet de mes soucis, ce qui m’importe aujourd’hui c’est que samedi on livre un gros match face à cette équipe d’Auxerre et surtout tout faire pour gagner cette rencontre.

En cette fin de saison où rien n’est joué dans un sens comme dans l’autre pour le maintien, sentez-vous vos joueurs concernés pour prolonger leur bail en Ligue 1 la saison prochaine ?
Je ne suis pas dans la tête de mes joueurs mais une chose est sûre, si à l’heure actuelle, ils ne sont pas mobilisés, c’est à n’y rien comprendre. Je vois qu’ils s’impliquent aux entraînements mais c’est le week-end qu’il faut répondre présent. Samedi, j’aurais une réelle indication sur le mental de mes joueurs. On a fait tellement d’efforts pour en arriver là que ce serait bête de lâcher maintenant. Il faut finir le travail et ça commence dès samedi contre Auxerre.

Un petit mot pour termine Antoine sur les blessés longues durées Jonathan Lacourt, David Sommeil et Djamel Belmadi ?
On pense à eux chaque jour. On a de grosses difficultés cette saison au niveau des blessés et je suis privé de 3 joueurs majeurs jusqu’à la fin de la saison. Pour eux, ce qui est important c’est que le reste du groupe leur montre ce qu’il est capable de faire en cette fin de saison. Il faut que les joueurs prennent conscience qu’ils ont de la chance d’être en bonne santé alors que certains de leurs collègues sont en délicatesse physiquement.

La rédaction