RMC Sport

L'avertissement du CSA à C8 après la diffusion de Reims-OM

Lopez face à Dingome

Lopez face à Dingome - AFP

Le CSA a rappelé à l'ordre la chaîne C8 suite à la diffusion du match de Ligue 1 entre Reims et l'OM (2-1) le 2 février. Canal +, maison mère de C8, n'a pas respecté sa convention.

Le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) a adressé une mise en garde à la chaîne C8, qui avait modifié ses programmes début février dans des délais très courts, au profit de la diffusion d'un match de Ligue 1 entre Reims et l'OM (2-1). Dans cette mise en garde publiée jeudi sur son site, le CSA rappelle que C8 avait décidé le 29 janvier de déprogrammer un spectacle de théâtre, "Inavouable", que la chaîne devait diffuser le samedi 2 février en première partie de soirée. A la place de cette pièce, la chaîne avait co-diffusé le match de Ligue 1 entre le Stade de Reims et l'OM, également retransmis en simultané sur la chaîne payante Canal+ Sport.

Un avertissement

Ce match devait être initialement diffusé en crypté sur Canal+ à 17H, mais sur ordre de la préfecture de la Marne, il avait été décalé à 21h en raison de la tenue à Reims d'un événement lié au grand débat national. Le CSA avait prévenu la chaîne que cette déprogrammation soudaine posait de "sérieuses questions", mais C8 a tout de même décidé de diffuser le match.

Dans sa décision publiée ce jeudi, le régulateur a estimé que la chaîne n'avait pas respecté sa convention, qui encadre très strictement les déprogrammations, et a donc "mis en garde la chaîne contre le renouvellement de ce manquement".

Normalement les chaînes doivent annoncer au moins deux semaines et demie à l'avance leurs programmes, pour permettre notamment leur publication dans la presse spécialisée. Et, pour éviter des déprogrammations sauvages, dans les 14 jours qui précèdent une diffusion, elles ne peuvent procéder à des modifications que dans des circonstances exceptionnelles précisées dans leurs conventions avec le CSA (comme un événement d'actualité majeur, une décision de justice, ou les mauvaises audiences d'un nouveau programme récurrent).

AB avec l'AFP