RMC Sport

L’OM marche à l’ombre du PSG

Élie Baup

Élie Baup - -

Contrairement à son ennemi héréditaire qui recrute les stars à tour de bras, l’OM doit manger son pain noir. Sans moyens pour se renforcer, Marseille voit le fossé se creuser… mais refuse de s’avouer vaincu.

Au soir de la 38e journée de l’exercice précédent, l’OM pointait à 31 longueurs du Paris Saint Germain. Un gouffre insupportable pour les supporters phocéens... et ce n’était qu’un début. Depuis lors, ils ont vu débarquer dans la capitale Ezequiel Lavezzi, Thiago Silva, Marco Verratti et ce mercredi Zlatan Ibrahimovic, eux qui n’ont pour l’instant que le seul… Florian Raspentino à se mettre sous la dent.

Le casting 6 étoiles du PSG, avec la star suédoise en guise de cerise sur le gâteau, en laisse certains amers du côté de la Commanderie, à l’image du nouvel entraineur Elie Baup : « Economiquement, nous sommes dans une forme de démesure. Michel Platini, dans son fair-play financier européen, risque d’avoir du travail par rapport à ce club », déclare avec une pointe d’aigreur l’ancien technicien bordelais. D’autres, plus pragmatiques, semblent se résoudre à la dure réalité : « Paris a un très gros effectif avec des joueurs de qualité dont Ibrahimovic qui est vraiment complet, lâche le capitaine Steve Mandanda. Sur le papier, c’est clair que c’est l’équipe favorite du championnat et qui devrait logiquement le dominer. Mais c’est ce qui était prévu aussi la saison derrière et à la fin c’est Montpellier qui a gagné, donc on ne sait pas ».

Reconstruction et humilité

Meurtris par une saison précédente très décevante et sans puissance financière pour se renforcer, l’OM apprend l’humilité. Plus question aujourd’hui de parler de titre, voire de podium, comme c’était le cas les années précédentes. Sans réelle vision de l’effectif qui débutera le championnat, il semble même compliqué pour les Marseillais de définir un véritable objectif, si ce n’est reconstruire une équipe. «Il y a des objectifs entre nous, et dans un premier temps celui de la reconstruction, a martelé Élie Baup en conférence de presse ce mercredi. Mais il n’y a pas à se fixer des objectifs. D’entrée, certains annoncent le maintien. Je trouverais incohérent dans notre situation actuelle d’annoncer quoi que ce soit ».

Même incertitude sur les ambitions du club chez Mandanda : « Nous sortons d’une saison difficile et nous devons faire preuve d’humilité. A l’heure où je vous parle, il est difficile de définir quelque chose ». Reconstruction et humilité, voilà des mots qui ne devraient pas consoler les fans olympiens à l’heure où le rival parisien baigne dans le grand luxe.

Le titre de l'encadré ici

Le malaise Diarra|||

Dans le flou concernant son mercato, l’Olympique de Marseille n’est pas plus éclairé en ce qui concerne son milieu de terrain défensif Alou Diarra. La sentinelle internationale de l’OM ne s’est pas présentée à la reprise de l’entrainement le 16 juillet, sans donner la moindre justification à son staff. « Nous n’avons pas plus de nouvelles que cela, a confirmé Élie Baup en conférence de presse. Pour l’instant, je constate qu’il n’est pas là sur les deux premiers jours où il aurait dû être là. Nous faisons chaque jour le constat de son absence. » Un silence radio dérangeant de la part du joueur qui était proche de Didier Deschamps, parti pour diriger les Bleus. D’autant que les autres internationaux étaient présents le jour J, comme ils s’y étaient engagés avant de partir en vacances. Diarra sera-t-il sanctionné ? Sur cette question, Baup a préféré botter en touche : « C’est la direction du club qui va trancher ». S’il est encore trop tôt pour parler d’acte délibéré de la part du joueur, le cas Alou Diarra crée en tout cas un certain malaise dans la maison olympienne. Un malaise qui pourrait rapidement se transformer en incendie si l’ancien Bordelais venait à sécher encore longtemps l’entraînement.

Anthony Tallieu avec Y.P