RMC Sport

L’OM ne comprend plus

Le temps des interrogations pour DD

Le temps des interrogations pour DD - -

Le club phocéen vient de subir sept défaites de rang, record historique et série en cours. Une terrible façon d’aborder les trois semaines qui arrivent, les plus importantes de sa saison. Peut-il se relever une fois encore ?

Avant même les ascensions de plusieurs sommets hors-catégorie, l’OM est déjà en pleine dégringolade. L’équipe vient d’enchaîner sept revers et six déceptions, l’exploit face à l’Inter Milan donnant la seule note positive de ces sept symphonies inachevées. Didier Deschamps le dit avec ses mots : « Il y a des périodes difficiles, c’en est une. Il ne faut pas fuir la réalité mais on n’est pas non plus la tête dans le sac. Il n’y a pas eu que du négatif, surtout face à l’Inter mais c’est vrai, on est sur une série très compliquée. »

Se lamenter sur le passé serait contre-productif. Autant regarder devant, là où l’horizon pourrait enfin s’éclaircir. Ce sera sous le printemps de Nice, samedi (19h), pour un déplacement aussi court que périlleux. C’est un ultime et infime espoir de miracle en Ligue 1, dont l’OM est un décevant 9e, à onze points de Lille et du podium. C’est aussi la dernière occasion de se relancer avant un enchaînement qui ressemble aux 21 lacets de l’Alpe d’Huez un jour de fournaise : le Bayern, deux fois, un voyage à Paris, puis un second pour s’offrir une deuxième Coupe de la Ligue consécutive face à Lyon, trois jours après la réception de Montpellier ! Devant la complexité de la tâche, Didier Deschamps en appelle au système D(D) : « Je ne vais pas avoir la prétention de dire que j’ai trouvé les solutions. Ce qui compte, c’est ce qu’il se passe sur le terrain et obtenir enfin un résultat positif. »

Grève des encouragements à Nice

Mercredi prochain au Vélodrome, Gennaro Bracigliano, impliqué sur le but décisif de Quevilly en Coupe de France (2-3, ap), fera face à Gomez, Ribéry, Robben et toute l’armada bavaroise. Comment les Marseillais peuvent-ils espérer une issue heureuse avec leur niveau actuel ? « On est tous touchés, ceux qui jouent, ceux qui ne jouent pas. C’est ensemble, je l’ai compris depuis longtemps, qu’on arrivera à nous sortir de cette situation », répond le remplaçant de Steve Mandanda.

Si l’OM n’a pas résisté au rythme infernal des dernières semaines, la suite s’annonce effrayante. Explosion n’est plus un mot tabou. « Le mot d’ordre du staff est clair, c’est la récupération », admet le milieu de terrain Stéphane Mbia. Le préparateur physique, Antonio Pintus, va plus loin : « Pour bien récupérer, on le sait depuis les Grecs, il faut bien dormir. » Il ne serait pas étonnant que les Marseillais aient le sommeil agité ces temps-ci. D’autant que la grogne monte dans les travées du Vélodrome avec une grève des encouragements programmée samedi au stade du Ray, histoire de mettre la pression avant Munich. « Les supporters sont humains. Leur patience est mise à rude épreuve mais moi je sais qu’ils seront derrière nous. On va tout faire pour regagner leur cœur », s’enflamme Bracigliano. C’est maintenant.

Silvère Beau