RMC Sport

L’OM reçu cinq sur cinq

André Ayew célèbre son but

André Ayew célèbre son but - -

Dépossédés de la première place de la Ligue 1 par Lyon un peu plus tôt dans la journée, les Marseillais ont repris leur bien avec beaucoup d’autorité sur la pelouse de Nancy (1-0).

Marseille n’a pas laissé passer l’occasion de signer le meilleur départ de son histoire, en remportant un cinquième match en autant de rencontres, sur le synthétique nancéien. Si ce succès ne souffre d’aucune contestation, tant la domination des hommes d’Elie Baup a été totale, il aura tout de même mis longtemps à se dessiner. C’est en effet sur sa huitième occasion que l’OM a trouvé la faille, par l’intermédiaire de Jordan Ayew, qui reprenait victorieusement de la tête un centre de son frère (53e). Auparavant, le match s’est résumé à un attaque-défense stérile, en raison de la maladresse des Marseillais dans le dernier geste.

Un Gignac sans réussite

C’est André Ayew qui a ouvert le festival d’occasions ratées. A la 11e minute, ce dernier a vu sa frappe sauvée sur la ligne par un défenseur, alors qu’il avait le but grand ouvert. A ce petit jeu, André-Pierre Gignac n’a pas été en reste. D’abord à cause d’un excellent N’Dy Assembe (13e, 21e, 33e), puis par maladresse. L’infortuné buteur - inspiré mais sans réussite - manquait en effet l’immanquable sur une superbe ouverture de Jordan Ayew (23e), avant de vendanger une contre-attaque éclair initiée par Mathieu Valbuena, en tergiversant trop à la réception du ballon (69e). Après coup, Elie Baup confiera avoir douté après avoir vu la myriade d’occasions gâchées par ses troupes. « C’est sûr que quand on a autant d’opportunités et qu’on ne les met pas au fond, on finit par se mettre en difficulté, surtout contre une équipe comme Nancy efficace en contre et forte sur coup de pied arrêté ».

Des ratés sans conséquence finalement, l’OM parvenant à préserver jusqu’au bout son avantage, en contenant la timide révolte de Nancy. Les Marseillais poursuivent donc leur sans-faute, avec 15 points pris sur 15 possibles, et un état d’esprit qui ravit le technicien azuréen : « C’est la belle volonté de groupe qui fait me plaisir. Il ne faut pas lâcher ça » Certes, quatre des cinq adversaires marseillais depuis le début de la saison se classent entre la 16e et la 19e place, mais ça, l’OM s’en moque. En profitant parfaitement de ce calendrier favorable, le club endosse un costume de leader inattendu qui lui va plutôt bien au regard de la qualité de jeu proposée. Et qu’il entendra bien conserver dimanche prochain, avec la réception d’Evian… 15e au classement.

Alexis Toledano