RMC Sport

Le PSG en terre hostile

Kévin Gameiro

Kévin Gameiro - -

Pour son premier déplacement en L1 depuis son arrivée à Paris, Carlo Ancelotti se rend ce samedi à Brest (19h) à l’occasion de la 21e journée. Une sortie plus périlleuse qu’il n’y paraît pour le leader du championnat, contre une équipe invaincue à domicile.

Carlo Ancelotti va finir par connaître comme sa poche le Nord-Ouest de la France. Après avoir affronté Locminé (2-1) et Sablé-sur-Sarthe (4-0) à Lorient et au Mans, le technicien italien se rend ce samedi à Brest (19h). Et pour son premier déplacement en Ligue 1 à la tête du PSG, l’entraîneur italien pouvait espérer une destination plus accueillante. Car s’il ne se s’est imposé que quatre fois en dix matchs dans son enceinte de Francis-Le Blé depuis le début de saison, le Stade Brestois reste le seul club invaincu domicile, avec Rennes.

Des statistiques qui mettent Carlo Ancelotti sur ses gardes. « Je pense que Brest est une bonne équipe, qui n’a jamais perdu à la maison. En dix matchs, ils ont gagné quatre fois. C’est une bonne équipe, bien organisée. Ce sera difficile mais nous voulons gagner. C’est un test important pour l’équipe. » Si 21 points séparent les leaders parisiens des Bretons (12e), la tâche risque d’être plus difficile que prévue pour les joueurs de la capitale, qui seront privés de Javier Pastore, touché à la cuisse gauche et absent environ un mois. « Pastore ne pourra pas jouer mais nous avons Gameiro, qui a très bien joué contre Sablé, souligne Ancelotti. C’est un très bon attaquant. Il a l’habileté et il prend très bien la profondeur. Il y aura aussi Nenê et Ménez. » Arrivé ce vendredi, le Brésilien Alex ne figurera quant à lui pas dans le groupe qui effectuera le déplacement dans le Finistère.

Dupont : « Mettre des épines partout »

Même face au leader du championnat, Alex Dupont, l’entraîneur brestois, ne cache pas son ambition. « C’est d’abord à domicile que notre maintien s’obtiendra, déclare-t-il. Même si le PSG est premier, on a des arguments, un public. On parle du PSG car ils sont premiers et c’est une équipe qui sort de l’ordinaire. Nous, on est dans la course aux points. » Et pour parvenir à ses fins et contrer le 4-3-2-1 en « sapin de Noël » de Carlo Ancelotti, l’ancien coach sedanais a une petite idée derrière la tête : jouer en cactus pour « mettre des épines partout et se battre aux quatre coins du terrain. » Pas sûr que le technicien italien ait préparé une parade à ce genre de tactique.