RMC Sport

Le PSG rate le coche

Antoine Kombouaré

Antoine Kombouaré - -

En s’inclinant à Bordeaux (1-0), les Parisiens ont laissé passer une occasion de reprendre la troisième place à Lyon. A deux journées de la fin, ils restent à deux points de l’OL et la qualification pour le tour préliminaire de la Ligue des champions s’éloigne.

A croire qu’ils le font exprès… Lyon a beau leur offrir une voie royale, les Parisiens n’arrivent pas à saisir leur chance. La semaine dernière, c’était Nancy qui venait chercher le nul (2-2) au Parc à la veille de la déroute lyonnaise à Auxerre. Et cette semaine, c’est au tour des Bordelais de calmer les ardeurs parisiennes (victoire 1-0) deux jours après le nul de l’OL à Brest.

En lice pour cette troisième place si convoitée car synonyme de tour préliminaire de la Ligue des champions, le club parisien s’est présenté dans une configuration osée avec Mathieu Bodmer, Guillaume Hoarau et Ludovic Giuly, trois cadres, sur le banc. Un pari tout sauf payant pour Antoine Kombouaré, dont les joueurs se sont très vite mis en difficulté sur les rives de la Garonne en encaissant un penalty de Cheick Diabaté dès la 6e minute suite à une faute de Clément.

A croire qu’ils le font exprès, on vous dit… Une obligation de courir derrière le score qui fera grimper la nervosité au fil des minutes dans le camp parisien. Et qui dit nervosité dit inefficacité, mal chronique dont souffriront les Parisiens tout au long du match malgré plusieurs très belles occasions et une grosse poussée en fin de rencontre. Une sorte d’hommage à cette drôle de statistique qui voit le PSG avoir inscrit… deux buts sur ses 11 derniers déplacements à Bordeaux !

Penalty de Diabaté

Résultat ? Les hommes de Kombouaré restent deux points derrière l’OL et voient leur marge de manœuvre se limiter fortement à deux journées de la fin. Alors, bien sûr, les plus optimistes tenteront de se rassurer avec le calendrier. Recevoir un Lille déjà champion à 99% puis se déplacer sur la pelouse d’un Saint-Etienne dont les supporters rêvent de voir l’OL vivre la future Ligue des champions « sur PlayStation » (rapport à l’allusion de Jean-Michel Aulas) ne semble pas un parcours insurmontable pour accumuler les points.

Mais à force de rater les occasions de passer devant, les Parisiens pourraient bien avoir d’énormes regrets. Les partenaires de Coupet ont encore 180 minutes pour éviter cela. Sauf si l’OL a la bonne idée de s’imposer devant Caen puis à Monaco. Un cas vraiment pas impossible. Et là, le PSG pourra s’en mordre les doigts. Très, très fort.