RMC Sport

Le réveil de Cavani, le coup d’arrêt de Conceiçao, le show Lucas: le débrief de Nantes-PSG

-

- - -

Un temps gêné par le pressing nantais, Paris a fait parler sa supériorité technique et pris le meilleur sur Nantes, ce samedi pour le compte de la 21e journée de Ligue 1 (2-0). Un succès autoritaire, obtenu par un doublé d’Edinson Cavani et un Julian Draxler impliqué… et blessé.

Cavani a rallumé la lumière

Ah, il n’avait pas encore marqué en 2017 ? Edinson Cavani a rouvert les vannes et relancé la machine à buts ce samedi et Nantes en a fait les frais dans les grandes largeurs. Maladroit face à Metz (quarts de finale de la Coupe de la Ligue) et Rennes, El Matador avait bien réglé la mire cette fois. L’international uruguayen a frappé trois fois, cadré deux fois et trompé à autant de reprises Maxime Dupé, dont le deuxième, tout seul comme un grand, sur un coup franc direct à 25 mètres qui pourrait donner des idées à son entraîneur… et lui donner plus de poids encore dans le jeu parisien. Cela fait 20 buts en 21 journées. Mais surtout un 14e match à au moins deux buts pour lui en Ligue 1 (2 triplés, 11 doublés et 1 quadruplé depuis son arrivé en 2011). En ayant déjà battu son record de buts sur une saison, le numéro 9 du PSG a prouvé qu’il était bel et bien de retour.

A lire aussi: Verratti, c'est quoi ce carton jaune ?

Sergio Conceiçao n’est plus invincible en Ligue 1

Cette fois, c’est fait : Sergio Conceiçao n’est plus intouchable dans le championnat de France. L’entraîneur portugais, qui avait déjà connu la défaite en Coupe de la Ligue (face à Nancy, 2-0) a cette fois dû rendre les armes en championnat, là aussi à domicile. Pourtant, son plan de jeu a longtemps posé problème aux Parisiens, acculés sur leur camp lors des deux entames de mi-temps. Mais ses joueurs n’ont cadré aucune des cartouches qu’ils ont eu à leur disposition. Notamment cette frappe du droit dans la surface de Sala (9e), consécutif à une passe totalement ratée de Meunier et ce alors que le but de Trapp semblait tout ouvert. Ses joueurs, envahis par les vagues incessantes des Parisiens en fin de match (Di Maria 82e ; Rabiot 87e ; Di Maria 91e) ont eu le mérite de ne pas lâcher.

A lire aussi: le film du match

Lucas a eu presque tout bon

Quand il n’est pas bon, on le dit et on le clame assez fort. Mais quand il est bon, comme ce fut le cas à Nantes, voire très bon - ça marche aussi vu sa performance de l’après-midi - Lucas a le droit à son petit commentaire élogieux. Le feu follet brésilien a fait valoir sa technique et sa vivacité face à un bloc nantais très agressif. Il a gonflé ses statistiques d’une passe décisive, sa troisième de la saison, régalé le public de dribbles et de démarrages soudains dont il a le secret. Un match plein, durant lequel il a encore fait valoir une belle qualité de centres sur coup de pied arrêtés.

Draxler, première grimace

Cette fois, il n’a pas marqué. Cela ne l’a pas empêché d’être décisif sur les deux buts du PSG ce samedi, d’abord en décalant magnifiquement Lucas sur le côté droit pour l’ouverture du score d’Edinson Cavani (21e). Et c’est en obtenant une faute aux vingt-cinq mètres qu’il a permis à l’Uruguayen de doubler la mise sur coup franc. Mais c’est aussi sur cette faute et un coup reçu au mollet droit (hématome) que Julian Draxler a quitté prématurément la pelouse de la Beaujoire, alors qu’il devait initialement terminer la rencontre. Après avoir inscrit son premier but en Ligue 1 la semaine dernière, le champion du monde allemand a eu droit, cette fois, à sa première sortie sur blessure. Ce dont son club se serait bien passé. Et lui aussi.

>> Draxler sort sur blessure

Paris remet la pression sur Nice (et Monaco)

C’est désormais une certitude : le PSG de ce début d’année 2017 n’a rien à voir avec celui qu’on a pu apprécié les cinq derniers mois de l’année 2016. Le club de la capitale affiche plus de maitrise dans le jeu, la preuve faite ce samedi à Nantes où même au plus fort de la pression nantaise, les joueurs d’Unai Emery n’ont jamais paniqué, se reposant sur leur supériorité technique. Cela fait quatre matches toutes compétitions confondues en 2017 que Paris n’a pas perdu. Mieux, depuis le 17 décembre et sa sortie de route à Guingamp (2-1), le quadruple champion de France a signé deux succès à l’extérieur, à Rennes il y a une semaine (0-1) et à Nantes donc ce samedi (0-2). Voilà les Parisiens à égalité de points de Monaco (45 pts), qui reçoit Lorient dimanche et à une longueur de Nice (46). La chasse est plus que jamais ouverte.