RMC Sport

Leclercq : « Je ne suis pas rancunier »

-

- - -

Lens retrouve Valenciennes, aujourd'hui, lors de la 22e journée de Ligue 1. Daniel Leclercq croisera à cette occasion son successeur à Valenciennes, Antoine Kombouaré.

Daniel Leclercq, pour la deuxième fois consécutive, Julien Sablé ne sera pas titulaire, demain, face à Valenciennes. Avez-vous eu une explication avec lui ?J’ai toujours considéré dans son parcours, notamment à Saint-Etienne, que c’était un « clubiste », un mec qui respectait les couleurs. Aujourd’hui, je lui ai dit ce que je pensais de l’homme et de son comportement vis-à-vis du club et du groupe. C’est exceptionnel. Maintenant, il y a des choix à faire. La logique veut aujourd’hui qu’il soit écarté. Même s’il fera partie demain du groupe des 19 face à Valenciennes. Faire des choix, c’est ce qui me fait le plus chier.

Vous allez retrouver Antoine Kambouaré, l’entraîneur qui vous a succédé lorsque vous avez fait passer Valenciennes de National en Ligue 2. Vous lui en voulez encore ?
Je ne suis pas rancunier alors que je pourrais l’être. Je l’ai encaissé, point final. J’ai quand même mis du temps à passer à autre chose. On s’est recroisé parce qu’à un moment, il fallait refranchir la barrière. On s’est parlé. Il m’a demandé comment j’allais, il a pris des renseignements sur la santé de mon épouse. Avec Antoine, nous sommes obnubilés par le foot. C’est la vie, c’est comme ça. Il n’y a pas d’arrières pensées.

Vous adorez faire passer des messages à vos joueurs. Pouvez-vous nous en dire plus?
De temps en temps, il y a des messages que j’essaie de faire deviner aux joueurs. Ils doivent être de plus en plus à l’écoute. Il y a un sens dans les mots que je donne. Dans l’approche, dans la réflexion, il y a peut être quelque chose à en faire sortir. Je leur ai parlé de quelque chose hier matin. Dans ce quelque chose, il y a un message. Je vais leur demander demain : avez-vous perçu le message ?

La rédaction - Jean Bommel