RMC Sport

Leonardo arrive, Leproux s’en va

Leonardo

Leonardo - -

Au terme du conseil de surveillance du PSG, ce mercredi, le Brésilien prend officiellement le poste de directeur sportif du club de la capitale. Robin Leproux, lui, a été révoqué de son poste de président par les propriétaires qataris. Bilan et perspectives après une journée historique pour le club de la capitale.

Qatar, ton univers impitoyable. Le PSG version Golfe Persique, c’est un feuilleton à la Dallas. L’épisode de mercredi a encore apporté son lot de rebondissements (lire par ailleurs). Robin Leproux, révoqué, n’est plus président du club parisien. « J’espère que l’équipe qui va prendre la place aura de formidables succès », a-t-il lancé, grand seigneur, à la fin du conseil de surveillance du jour. Avant le nouvel organigramme final, dévoilé d’ici à deux semaines, la présidence par intérim est assurée par Benoît Rousseau, ancien directeur financier du club de 1996 à 98 (époque où Leonardo a évolué au PSG), en charge de l’audit avant l’officialisation de la reprise par les Qataris. Et Leonardo est (enfin !) nommé directeur sportif du PSG. « Son arrivée est le signe fort d’une volonté de mettre des moyens pour apporter des victoires », juge Simon Tahar, président de l’association PSG.

Le Brésilien, présenté par Nasser Al-Khelaïfi (patron de Qatar Sports Investments) en fin d’après-midi au Parc des Princes, a gagné son bras de fer. A lui les pleins pouvoirs sportifs, comme attendu, mais sans s’occuper du terrain. « Kombouaré reste le coach », confirme Al-Khelaïfi. L’ancien entraîneur de l’Inter, « heureux de revenir au Parc », ne devrait pas empiéter sur les plates-bandes du coach parisien. Mais ce dernier, surveillé, n’aura pas le droit à l’erreur. Car « Leo » va s’impliquer. « Je vais parler à Kombouaré pour connaître les besoins de l’équipe, explique le Brésilien. Il y a beaucoup de choses à faire mais la dernière saison a été positive. »

Leonardo : « Si je ne suis pas capable, je laisserai ma place »

Revenu à une structure juridique en conseil d’administration, présidé par Al-Khelaïfi, le PSG va voir son organigramme évoluer. Le reste du désormais ex-directoire du club de la capitale, composé de Philippe Boindrieux et Alain Roche, semble devoir connaître la même destinée que Leproux. Surtout Roche, dont le rôle de chargé du recrutement n’a plus beaucoup de sens si Leonardo contrôle le sportif. Mais le Brésilien, arrivé en fin de matinée dans un avion privé, veston beige et sa compagne auprès de lui, n’arbore pas le visage du coupeur de têtes : « Le club a eu de bons résultats, il est en très bonne santé donc il n’y a pas grand-chose à changer. » Un discours rassurant balayé par une phrase lourde de sous-entendus : « Je n’ai parlé à personne donc personne ne s’en va ». Une rumeur évoque un retour de Jean-Michel Moutier, proche de Leo, dans un poste de président délégué ou de conseiller en recrutement.

Leo a également tenu à atténuer l’impatience des supporters. « On veut être compétitifs en France mais nous avons besoin de temps, lance le Brésilien. C’est un projet à long terme, pour construire. On n’est pas pressés. La base, c’est l’identité du club. Pas d’acquérir dix Messi. Ce n’est pas en achetant qu’on gagnera. » Du professionnalisme sans s’enflammer. Et sans crainte : « Je n’ai pas peur. Cette ville et ce club ont du potentiel. Mon contrat est à durée indéterminée. Si je ne suis pas capable, je laisserai ma place. » Quelque chose nous dit que cette phrase s’applique aussi à Kombouaré, qui part ce jeudi matin au Portugal en stage avec son équipe.

Le titre de l'encadré ici

Lucas hors d’atteinte ?|||

L’arrivée des Qataris et de Leonardo à la tête du PSG a entraîné foule de rumeurs sur le plan des transferts. Vite évoquée, la piste du jeune Brésilien Lucas (Sao Paulo) était travaillée en sous-marin ces derniers temps. Mais le montant nécessaire pour réaliser la transaction a refroidi les décideurs parisiens, prêts à « acheter » un pourcentage du joueur mais pas à l’acquérir à 100%. Situation similaire pour Ganso (Santos) même si le dossier garde des chances d’aboutir car le joueur est plus atteignable sur le plan financier. Pour le reste, l’officialisation de l’arrivée de Leonardo devrait permettre de faire accélérer les choses. Le dossier Blaise Matuidi (Saint-Etienne) peut vite redevenir d’actualité. La piste Menez, plus en odeur de sainteté à la Roma et qui plaît beaucoup à Leo, pourrait également refaire surface. Le dossier Bisevac (Valenciennes), lui, reste flou. Il pourrait être réactivé ou zappé pour se mettre aux trousses d’un autre défenseur central. Les affaires reprennent au PSG.