RMC Sport

Leonardo : « Il ne faut pas faire la morale »

Leonardo

Leonardo - -

De la victoire de Paris à Evian (1-0), émaillée par quatre cartons rouges et des incidents en fin de rencontre, Leonardo a préféré retenir l’essentiel : la victoire et le pas immense fait vers le titre. Pour le directeur sportif du PSG, le reste est anecdotique.

Leonardo, la fin de match a été très houleuse. Quelle est votre impression sur ces incidents ?

On arrive vraiment à la limite de fatigue, et c’est normal. Gagner des matches comme aujourd’hui, c’est compliqué. C’est pour ça qu’il y a un peu de tension, et c’est logique je crois.

Et au sujet des cartons rouges reçus par vos joueurs (Verratti, Beckham et peut-être Sirigu) ?

Je pense que c’est un peu exagéré. Si on analyse celui de Beckham par exemple, le geste existe, mais il n’a pas touché l’adversaire. Il savait qu’il ne devait pas toucher l’adversaire. Je pense que l’arbitre est rentré dans une situation compliquée, il n’était pas très lucide et les erreurs se sont un peu enchaînées. Après, il y a eu un emportement sur le terrain, mais là c’est fini. Pour nous, ça reste une victoire très, très importante, on se retrouve avec neuf points d’avance à quatre journées de la fin. Il ne faut pas oublier que l’on parle d’un championnat que l’on n’a pas gagné depuis 19 ans. Ça fait un poids et donc il y a de la tension qui va avec.

« On a demandé beaucoup de choses à cette équipe »

Pouvez-vous nous en dire plus sur l’avenir de Carlo Ancelotti ?

On a trop parlé de ça et ce n’est pas le thème du jour. Tout le monde s’est exprimé sur le sujet et les choses sont claires. Il nous reste un match, même plus, parce qu’il nous faut quatre points pour être assurés du titre, sans dépendre du résultat des autres. Il n’y a rien de plus important que gagner ce championnat. Dix-neuf ans, c’est trop long pour que quelque chose d’autre soit plus important. Toutes les autres choses, pour l’instant, ce n’est pas la question.

La nervosité de votre groupe n’a-t-elle pas un rapport avec le flou qui entoure l’avenir de l’entraîneur ?

Non, on a un groupe trop expérimenté pour ça. La fatigue, elle existe. On a demandé beaucoup de choses à cette équipe, qui a dû jouer énormément de matches cette année, avec la pression, l’obligation de montrer quelque chose en Ligue des champions. Ce que cette équipe a fait jusqu’à aujourd’hui, c’est énorme. La tension, la pression, elles sont là. Ce soir, c’était un match décisif pour nous, un match décisif pour Evian aussi qui cherche des points pour le maintien. Il ne faut pas faire trop la morale pour ce qu’il s’est passé. C’est un match que tout le monde voulait gagner, voilà tout (rires).

A lire aussi :

>> Paris tout près du titre

>> Ibrahimovic : « Un bon match »

>> Le PSG assuré d’être en Ligue des champions

Propos recueillis par Loïc Briley, à Annecy