RMC Sport

Leproux : «Sessegnon fait partie de la famille»

Robin Leproux compte sur Sessegnon après le 31 janvier

Robin Leproux compte sur Sessegnon après le 31 janvier - -

EXCLU RMC SPORT - Invité exceptionnel de Luis Attaque, le président parisien a initié ce lundi la Tribune Présidentielle : un feuilleton qui verra les présidents des cinq premiers clubs de Ligue 1 s’exprimer sur RMC chaque jour de la semaine. L’homme fort du PSG est revenu sur l’actualité de son club. Sans démagogie.

Robin Leproux, allez-vous rester longtemps à la tête du PSG ?
C’est mon souhait, mais j’ai un patron. Il y a un actionnaire, c’est à lui de se prononcer. Pour le moment, ils sont contents. Je fais de mon mieux, on ne ménage pas notre peine. Je suis concentré, on vit une saison excitante, l’équipe joue bien au foot et on peut être ambitieux pour la fin de la saison.

Que dites-vous aux supporteurs qui dénoncent encore le plan de pacification du Parc des Princes ?
Je me suis excusé auprès des historiques du club qui ne sont pas violents. On leur a demandé de passer par une période de contrainte parce qu’on était arrivé à un point d’opposition des deux tribunes terrible. On a eu deux morts, trois matches huis-clos, 400 000 euros d’amende pour les fumigènes, on n’était plus fréquentable aux yeux des instances. On a dans un premier temps demandé au public de se mélanger, c’est ce qui a été fait pendant quatre mois. Mi-décembre, on a ouvert les abonnements, c’était la 2e phase. On revient progressivement à une situation normale.

Avez-vous dû faire marche arrière ?
Non, je n’ai pas l’impression que ce soit le cas. Notre ennemi, c’est la violence. Le seul point pour lequel on ne transigera pas, c’est redonner des territoires aux uns et aux autres puisqu’ils se connaissent et s’affrontent ailleurs, lors des concerts. Il faut montrer des signes à notre public.

« Paris est actuellement avec Lille l’équipe qui produit le meilleur football »

Parlons du sportif. Vous devez être satisfait par les résultats de votre équipe…
Paris est actuellement avec Lille l’équipe qui produit le meilleur football.

Vous allez jouer les quatre compétitions à fond ?
On a faim et on a envie ensemble. On voit des joueurs sûrs de leur talent. Je ne nous mets pas de pression déplacée. On ne lâche pas une compétition, mais demain à Montpellier, ce ne sera pas facile. On est un 4x4, Paris est tout terrain.

Stéphane Sessegnon a-t-il encore un avenir à Paris ?
Je ne vais pas vous détailler la sanction avant qu’elle ne soit communiquée à Stéphane, mais l’essentiel est qu’il revienne dans le groupe. Le club est unanime à son sujet. Stéphane fait partie de la famille. Ludovic Giuly ne peut pas faire 90 minutes comme ce qu’il a fait contre Sochaux. On demande à Stéphane de chercher la place de titulaire sur le couloir droit. On ne travaille pas sur une hypothèse de départ. Pour nous, il sera là le 31 janvier.

Giuly et Makelele vont-ils rester au PSG ?
On a envie de garder des joueurs qui ont une expérience rare, mais le moment venu, on discutera avec eux.

Paris peut-il être actif sur le marché des transferts alors que pèse l’incertitude de l’actionnariat ?
Non, on est clairement dans une période de parenthèse. Je l’ai dit dans le vestiaire. Il n’y aura pas d’entrée et pas de sortie parce que notre actionnaire discute pour ouvrir son capital.

Ce flou vous inquiète-t-il ?
Plus on a de visibilité plus on peut construire dans la durée. J’ai confiance dans mes actionnaires, ils sont au courant des désagréments que ça cause. J’attends une décision avant la fin de saison. On a fait Bodmer, Nenê et Tiéné parce qu’on avait pu anticiper. On connaissait l’enveloppe. Plus vite, on le sait mieux on travaille.

« On ne peut pas laisser le club à quelqu’un qui a fait sa fortune avec de l’argent blanchi aux quatre coins du monde »

Quelle est la position du maire de Paris pour l’entrée au capital de nouveaux investisseurs ?
On ne peut pas laisser n’importe qui entrer au capital du PSG, on ne peut pas laisser le club à quelqu’un qui a fait sa fortune avec de l’argent blanchi aux quatre coins du monde. L’ensemble des gens qui sont allés voir mon actionnaire ne posent aucun problème en la matière. Sébastien Bazin est transparent avec ses coactionnaires et la mairie de Paris. Delanoë n’a aucune réticence pour les fonds du Qatar.

La pacification du Parc fait-elle partie du plan de revente du club ?
Si mon actionnaire parvient à attirer de nouveaux investisseurs grâce à ça, ça fera plusieurs dizaines de millions d’euros pour le recrutement du PSG, et j’attends ça avec impatience. Ça nous permettra de jouer dans la cour des clubs comme Lyon et Marseille qui ont le double de budget.

Pour terminer, revenons sur la polémique née autour du déplacement de Paris à Agen ce week-end en Coupe de France…
Ecoutez, il n’y a pas de polémique. On nous a programmé un match à 20h45 (avancé à 17h, ndlr) sur un terrain (stade d’Armandie d’Agen), on a vu les photos, nos équipes de sécurité se sont déplacées… Les Ultras nous ont dit qu’ils iraient à l’extérieur pour faire des coups de force. Pourquoi se mettre en situation de risque alors qu’on peut aller jouer sur des terrains de L1 ?