RMC Sport

Les 12 choses à savoir sur Ancelotti

-

- - -

« Je ne dirai jamais la raison pour laquelle je veux partir. » Sur le départ au PSG, probablement en route vers le Real Madrid, Carlo Ancelotti est un homme secret. Mais après presque 40 ans passés sous le gigantesque microscope qu’est le monde du football, certaines histoires finissent par se savoir. La preuve par douze.

Son club de cœur : l’AS Roma

Bien qu’il ait également porté les tuniques de Parme et de l’AC Milan, Carlo Ancelotti aura passé la grande majorité de sa carrière de joueur à l’AS Roma. Milieu de terrain de la Magica, il remporte même un titre de champion (1983) et quatre coupes d’Italie sous le maillot giallorosso. Mais s’il a déjà dirigé Parme, la Juve et Milan, Ancelotti ne s’est encore jamais assis sur le banc de la Roma en tant qu’entraîneur. « Je rêve d’être un jour sur le banc de l’AS Roma ». Distance Paris-Rome : 1105 km. Distance Madrid-Rome : 1360 km. Mine de rien, Carlo s’éloigne…

Sportif, mais fumeur et bon vivant

Carlo Ancelotti fait partie de la génération des « sportifs fumeurs ». Accro depuis 25 ans, l’Italien a plusieurs vices, parmi lesquels une passion pour le vin et la charcuterie. Son autobiographie est même titrée « Preferisco la Coppa » (je préfère la coupe), astucieux jeu de mots faisant référence aux nombreuses coupes qu’il a remportées, mais aussi à la coppa, délicieuse charcuterie italienne. Quant au vin, il est l’un des seuls entraîneurs à en avoir accepté un verre en conférence de presse (à Chelsea). Apres en avoir bu une gorgée, il s'est exclamé: « c'est de la m.... », en anglais dans le texte. Eclat de rire général.

Entraîneur cinéphile

Parmi ses genres favoris, les films noirs et les thrillers. Son préféré est toutefois à classer dans le genre film de guerre puisqu’il s’agit de « Voyage au bout de l'enfer » de Michael Cimino, avec Robert de Niro.

Le 4-4-2 lui a fait louper Roberto Baggio

Alors entraîneur de Parme, Carlo Ancelotti se voit proposer le recrutement du génial Roberto Baggio. Mais en bon héritier du 4-4-2 appris aux côtés d’Arrigo Sacchi à l’AC Milan, Carletto ne donne pas suite, ne trouvant pas comment intégrer le fameux « neuf et demi » dans son système. Une obstination tactique qu’il regrette aujourd’hui. « Son profil ne correspondait pas au dispositif tactique que j’avais mis en place. Je ne l’ai donc pas recruté, mais c’est une erreur. Si c’était à refaire, je lui aurais dit de venir et on aurait parlé tactique après. »

Thierry Henry, de côté sur le côté

En 1999, pendant six mois à la Juventus, Carlo Ancelotti aura eu sous ses ordres un jeune champion du monde du nom de Thierry Henry. Mais si la vitesse balle au pied du Français lui permit plus tard de faire une superbe carrière en Premier League, elle lui porta préjudice en Italie. Face à tant d’explosivité dans l’accélération, Ancelotti choisit en effet de placer Henry sur un côté. « Je n’ai pas compris qu’il pouvait être utilisé comme attaquant central. Je l’ai utilisé seulement à gauche et après j’ai été surpris qu’il ait fait une fantastique carrière comme avant-centre. »

Un palmarès (presque) unique

Miguel Munoz (Real Madrid), Pep Guardiola (FC Barcelone) et donc Carlo Ancelotti (AC Milan) sont les seuls à avoir remporté la Ligue des champions, ou son équivalent, avec le même club en tant que joueur et entraîneur. Trois autres l’ont fait avec deux clubs différents (Cruyff, Rijkaard, Trapattoni).

AC Milan : huit saisons et des prises de bec

Coach de l’AC Milan de 2001 à 2009, Carlo Ancelotti fut contraint de composer avec les humeurs et autres caprices d’un certain Silvio Berlusconi, président du club. Il Cavalier voulait par exemple lui imposer de jouer avec plus d'attaquants. Mais Carlo avait la parade et demandait à ses joueurs de n’écouter que très partiellement les consignes de leur boss. Comme ce jour où, pour faire plaisir à Berlusconi, il conseille à Kaka : « Tu joues devant cinq minutes et ensuite tu recules ».

Un adjoint étonnant

A Chelsea, Carlo Ancelotti renforce son staff et s’offre les services de Bruno Demichelis, un ancien karatéka devenu psy et donc expert en coups de pieds autant qu’en travail sur l’inconscient. Deux manières bien différentes de gérer les ego.

Insulté à la Juventus

Marcello Lippi a entraîné la Juventus de 1994 à 2004. Enfin pas tout à fait. Débarqué en 1999, il est remplacé pour deux saisons par Carlo Ancelotti avant de revenir en 2001. Son successeur peinera longtemps à se faire accepter par les supporters du Piémont, qui l’accueillent avec une banderole « un cochon ne peut entraîner la Juve ». Résultat : double vice-champion d’Italie et une victoire en Intertoto. Finalement, un cochon peut tout à fait entraîner la Juve.

Ancelotti ne commence jamais fort

Carlo Ancelotti n’est vraiment pas du genre à paniquer. Sa longue expérience des bancs de touche européens lui aura sans doute appris que tout vient à point à qui sait attendre. Tellement qu’il ne se formalise pas de rater presque systématiquement ses débuts. « C’est une constante chez moi déclare-t-il dans « Secrets de Coachs » de Daniel Riolo et Christophe Paillet, mes débuts n’ont jamais été très positifs ».

Son mentor est suédois

Au début des années 80, la Roma d’Ancelotti est coachée par un Suédois du nom de Nils Liedholm. Sous ses ordres, elle remporte le titre en 1983, trois coupes d’Italie et perdra une finale de coupe d’Europe aux tirs au but face à Liverpool. Pour Ancelotti, Liedholm n’est rien de moins que « l'entraîneur idéal ». Disparu en 2007, il est même considéré aujourd’hui comme l’un des précurseurs de la défense de zone.

Il a joué dans Don Camillo

En 1983, Terence Hill eut deux idées, dont il est difficile de dire laquelle est la plus étrange. La première, offrir un remake à Don Camillo. La seconde, faire jouer dedans un certain Carlo Ancelotti, alors milieu de terrain de l’AS Roma. Il y interprètera l’un des membres de « l’équipe du diable », censée affronter le onze concocté par le curé. Et donc condamné à la défaite.

A lire aussi :

>> Cannavaro : « Ancelotti, l'un des meilleurs entraîneurs au monde »

>> INFOGRAPHIE – Paris, un champion sur le tard

>> Réunion entre Al-Khelaïfi et Ancelotti jeudi ou vendredi

MI & RC avec les Drôles de dames