RMC Sport

Les arbitres contre-attaquent

Ruddy Buquet, arbitre décrié de Brest-OM

Ruddy Buquet, arbitre décrié de Brest-OM - -

Après la levée de boucliers provoquée par de nombreuses fautes d’arbitrage ce week-end en championnat, les hommes en noir ont répondu lundi dans Luis Attaque. Sans nier certaines erreurs, ils mettent ce « coup de chaleur » sur le compte des enjeux croissants de cette fin de saison.

Les oreilles des arbitres de la 25e journée de Ligue 1 n’ont pas cessé de siffler ce week-end. Plusieurs incidents, avérés ou supposés, ont fait dégoupiller les responsables de clubs en lutte pour le titre ou l’Europe (Marseille, Lyon, Rennes) ou au contraire, le maintien (Caen). Florilège savoureux. L’« indignation » de Jean-Michel Aulas envers M. Fautrel après Lyon-PSG (4-4), « le manque de couilles » de M. Bastien, selon les mots de Franck Dumas, suite à Nice-Caen (1-0), l’« erreur » de M. Buquet dénoncée par Didier Deschamps après Brest-Marseille (1-0) et enfin, le « match raté » de M. Turpin, dixit Frédéric Antonetti, à l’issue de Rennes-Lille (1-1). Rarement, les hommes en noir auront attiré autant de noms d’oiseaux ou de propos désobligeants.

Face à cette levée de boucliers, la corporation s’est défendue. Joël Quiniou, ancien arbitre international et consultant RMC Sport, a voulu minimiser. « L’arbitrage n’est pas une science exacte, des erreurs, on en aura toujours, a-t-il déclaré dans Luis Attaque sur RMC. A Lyon, M. Fautrel a été excellent. » L’ancien arbitre a en revanche pleinement admis que M. Buquet aurait dû siffler un pénalty après la faute du Brestois Martial sur Brandao. « Il y a eu faute. » Un jugement partagé par Marc Batta, DTN de l’arbitrage. « M. Buquet a commis une erreur. » « Un défaut de concentration », suggèrera Quiniou.

Batta : « Buquet est un arbitre d’avenir »

Quiniou note que la grogne des clubs enfle alors que le championnat est entré dans sa dernière ligne droite. « On aborde la fin du championnat, les intérêts sont croissants et les tensions avec. » « Il y a un coup de chaleur parce que les écarts se resserrent et les points comptent », renchérit Batta. S’il renouvelle sa confiance à Ruddy Buquet (« un arbitre d’avenir), le patron des hommes au sifflet s’attaque à la « légende » qui voudrait que l’arbitrage français serait absent des grandes compétitions internationales. « Lannoy sera à l’Euro, Turpin est en éliminatoires des moins de 21 ans, Chapron est en Coupe d’Europe… Il ne nous manque que le dernier carré pour attirer la lumière, mais nous sommes bien là. »