RMC Sport

Ligue 1: Aulas vote pour une fin de saison entre septembre et décembre

Jean-Michel Aulas, le président de l’OL, se montre favorable à une reprise de la Ligue 1 en septembre, dans une interview à L’Equipe.

Mais quand la Ligue 1 va-t-elle pouvoir reprendre ? La Ligue espère toujours que les joueurs seront de retour sur les terrains le 17 juin, mais les conditions du déconfinement, encore imprécises, et les réserves des médecins, des joueurs ou encore des entraîneurs complexifient les hypothèses. Face à ces contraintes, Jean-Michel Aulas se range à l’avis du président niçois Jean-Pierre Rivère. Le patron de l’OL penche pour une fin de saison entre septembre et décembre, avant que la nouvelle saison démarre en 2021. Un calendrier qui aurait aussi pour mérite de faciliter la modification qu’engendrera la Coupe du monde 2022 au Qatar (21 novembre-18 décembre).

"J'ai été parmi les premiers à dire que l'épidémie était beaucoup plus grave qu'on ne l'imaginait, explique Jean-Michel Aulas à L’Equipe. Maintenant, l'UEFA a l'air assez favorable à la reprise. C'est quand même notre organe de tutelle, à nous Fédération (Aulas est membre du comité exécutif de la FFF), la Ligue étant sous la Fédération. Je lis ce que dit Gianni (Infantino, le président de la FIFA) qui semble prendre une position un peu différente : d'abord aucun risque pour les joueurs et après on verra. Donc j'ai des craintes qu'on ne puisse pas reprendre. Et c'est pour ça qu'il faut peut-être étudier un autre scénario dont ont parlé Jean-Pierre Rivère et Nasser (al-Khelaïfi, le président du PSG), où on décalerait tout ça pour terminer la saison 2019-2020 à la fin de l'année civile et on reprendrait en début d'année 2021 pour la nouvelle saison. C'est l'un des scénarios qui intéresse la FIFA avec la Coupe du monde au Qatar."

Aulas "pas favorable à un arrêt"

"Légitimiste", Jean-Michel Aulas assure qu’il suivra les préconisations de l’UEFA. "J'y suis favorable si l'UEFA l'envisage. Souvent, on me ressert le plat un peu réchauffé de ma déclaration du Monde, il y a un mois et demi, disant que j'étais favorable à un arrêt des compétitions. Non, je ne suis pas favorable à un arrêt. Tout ce qui peut permettre de terminer les compétitions me va bien. Si par malheur on ne pouvait pas, l'analyse juridique des règlements n'est pas celle que j'entends." Et le président de l’OL explique que "l'analyse juridique nous amènera peut-être vers une année blanche ou des choses que les gens n'apprécient pas a priori".

LP