RMC Sport

Ligue 1: Canal+ contesterait l'appel d'offres devant l'Autorité de la concurrence

Selon Le Figaro et L'Equipe, Canal+ aurait saisi l'Autorité de la concurrence pour contester l'appel d'offres partiel des droits TV de la Ligue 1 et de la Ligue 2, alors que la LFP attend les offres d'éventuels diffuseurs lundi 1er février.

Le 19 janvier dernier, la Ligue de football professionnel lançait officiellement son appel d’offres pour la majorité des matchs de Ligue 1 et de Ligue 2. Ceux jusqu’à présent diffusés par Téléfoot, la chaîne du groupe Mediapro, qui s’est résolu fin 2020 à renoncer à ses droits en échange de l'assurance que la Ligue ne le poursuive pas en justice ensuite.

Avec cet appel d’offres, l’objectif de la Ligue est de régler le plus rapidement possible cette question des droits TV. Officiellement, elle a laissé jusqu'au lundi 1er février pour que les éventuels repreneurs puissent candidater pour récupérer 80% des matchs de L1 et L2, que Mediapro avait acheté 800 millions d'euros par an.

Deux nouvelles procédures enclenchées

Mais cet appel d’offres pourrait bien se révéler infructueux. Ce risque existe. Favori de la réattribution de ces droits TV, Canal+ a décidé de contester devant le tribunal de commerce de Paris la consultation de marché lancée par la Ligue. Comme précisé par l’AFP, la chaîne cryptée estime cette consultation de marché "anticoncurrentielle" et "discriminatoire" et veut la voir invalidée par la justice. Mais ça ne s’arrête pas là.

Selon les informations ce samedi du Figaro et de L’Equipe, Canal+ aurait saisi l'Autorité de la concurrence en déclenchant deux procédures: une première pour obliger la Ligue à organiser un nouvel appel d'offres portant sur l'intégralité des matchs de Ligue 1, une seconde pour dénoncer "l’abus de position dominante" de la LFP.

Canal+ estimerait ainsi que le lancement d’un appel d’offres partiel serait susceptible de déstabiliser l’ensemble du marché de la télévision payante et pourrait représenter une "discrimination anticoncurrentielle".

L’étude des mesures conservatoires, dans le cadre de la première procédure, pourrait prendre entre quatre à six mois. Tout cela rend encore plus incertaine la consultation de marché.

Dans ces conditions, Canal+ soumettra-t-elle une offre malgré ses attaques en justice? La Ligue conserve l'espoir de pouvoir disposer dès le 5 février d'un ou plusieurs nouveaux diffuseurs. Téléfoot, de son côté, va prolonger sa diffusion des matchs de Ligue 1 et Ligue 2 au moins jusqu'au 3 février.

RR