RMC Sport

Ligue 1 : Hantz éteint la rumeur Poko... et tacle les agents

-

- - -

Invité de l’Intégrale Sport ce samedi sur RMC, le coach montpelliérain Frédéric Hantz a démenti toute discussion avec le milieu bordelais André Poko, déplorant au passage les pratiques de certains agents de joueurs.

Coach d’une équipe montpelliéraine 12e du dernier exercice de Ligue 1, Frédéric Hantz était l’invité de l’Intégrale Sport ce samedi sur RMC. Ambitieux, le technicien vise la première partie de tableau avec un effectif plus resserré que la saison dernière. Le MHSC n’a pour l’instant recruté qu’un seul joueur, le latéral belge Anthony Banden Borre. Hantz a indiqué qu’il cehrchait encore un attaquant et un milieu de terrain. Qui ne sera pas le Bordelais André Poko.

« Poko ? Ce sont les fameuses rumeurs sur les réseaux sociaux, a lancé Hantz. Il y a beaucoup de coups d’agents. Ils communiquent avec les médias pour faire avancer leurs poulains. On n’a pas eu de discussion en ce qui concerne Poko, qui est un bon joueur. On le connait. Je n’aime pas dire ça, mais on n’est pas intéressé. »

A lire ici >> Loulou Nicollin pourrait passer la main

« Il y a beaucoup de désinformation »

Dans la foulée, le technicien héraultais a regretté les pratiques de certains agents. « L’exemple de Poko est intéressant. De plus en plus, beaucoup d’agents donnent de fausses infos aux médias ou sur les réseaux sociaux, pour que le nom paraisse. La preuve, vous me parlez de Poko ce soir. C’est un peu gênant parce qu’il y a beaucoup de désinformation, affirme Hantz. C’est lié à internet où beaucoup d’infos partent vite et n’importe comment. Aussi parce qu’il y a des agents qui ont besoin de communiquer sur leurs joueurs qui ne sont pas assez bons. Il faut en parler dans les medias pour faire mousser les choses. C’est totalement inutile. Les clubs travaillent. Tout le monde a des cellules de recrutement. On connait le type de profil que l’on souhaite. On sait où on va. Ce n’est pas un nom dans les médias qui va faire changer d’avis un entraineur. Les idées ne viennent pas de là. Elles viennent de notre travail. »

la rédaction