RMC Sport

Ligue 1 (J2) : Ce qu’il ne fallait pas manquer

Fabien Lemoine

Fabien Lemoine - -

Nice, malgré son huis clos, qui se relance contre des Rennais naïfs en défense, Lemoine qui libère Saint-Etienne face à Guingamp… retrouvez les temps forts de la deuxième journée de L1. Tout ce qu’il ne fallait pas louper ce samedi.

Nice-Rennes (2-1) : Cvitanich première !

Il a boudé, faute d’accord avec sa direction pour une revalorisation salariale. Il a été privé du choc à Lyon, pour cause de suspension. Et a donc logiquement rongé son frein. Mais ce samedi, sur la pelouse d’un stade du Ray complètement creux pour cause de huis clos, Dario Cvitanich n’a pas eu d’état d’âme au moment d’ouvrir son compteur but, lui qui avait fini, avec 19 réalisations, sur la dernière marche du podium des buteurs de la saison dernière, derrière Ibrahimovic et Aubameyang. Cette première n’aurait sûrement pas vu le jour sans un cadeau de Théophile-Catherine qui se troue complètement sur un centre de Bauthéac (20e). Le pire est à venir pour Rennes. Si Nelson Oliveira égalise (45e+3), Pied sanctionne une erreur de Jebbour (51e) avant que Pajot ne soit expulsé pour une faute sur Eysseric (89e). Dans son malheur, Rennes aura sûrement apprécié de voir la tête de Kolodziejczak rebondir sur la transversale de Costil. Un peu moins le sourire retrouvé de Cvitanich, qui vient d’inscrire son 4e but en trois confrontations avec les Bretons.

Saint-Etienne - Guingamp (1-0) : Le missile de Lemoine

Le but ? Fabien Lemoine ne connait pas vraiment. Ou alors vraiment très, très peu. Le milieu défensif de l’AS Saint-Etienne n’avait fait trembler les filets qu’à deux reprises dans sa carrière en Ligue 1, une fois à Rennes, son club formateur (2007-08), et à une autre reprise avec les Verts, la saison dernière. A l’époque, il avait offert les trois points à son équipe sur la pelouse de Sochaux. Ce samedi, son missile du droit, consécutif à un subtil appui de Brandao, est non seulement le plus beau – avant les matches de dimanche – de la journée… mais là aussi, il vaut trois unités sonnantes et trébuchantes aux siens, pour le malheur de Guingamp (1-0), qui débute très mal sa nouvelle saison parmi l’élite.

Reims - Lille (2-1) : Gazon maudit pour le LOSC

René Girard l’aura appris à ses dépens ce samedi soir. A Reims, sa nouvelle équipe n’est pas la bienvenue (2-1). Cueillis à froid par les hommes d’Hubert Fournier, qui ouvraient le score d’entrée (6e) par l’intermédiaire de leur recrue danoise Albaek, ses Dogues ont longtemps été trimballés par des Champenois euphoriques. Si, après le break de Gomblard (66e), Basa aura réduit l’écart en toute fin de match (88e), Lille aurait pu avoir une addition plus salée sans la transversale d’Enyeama. Et cela fait désormais 12 fois, en 21 confrontations, que le LOSC s’incline au stade de Reims…

Bastia-Valenciennes (2-0) : Ba se fait un nom

Il n’a que 19 ans. Il vient de Brest et a signé pour trois ans avec le SC Bastia. Samedi, Adama Ba a fait parler de lui. Et pour cela, il a fait parler la poudre. Au meilleur moment pour les Corses, au pire, évidemment, pour les Valenciennois, qui venaient tout juste d’encaisser un premier but par l’intermédiaire du Belge Gianni Bruno, prêté pour la saison par Lille (76e). Et voilà donc que deux petites minutes plus tard (78e), Adama Ba bonifie un excellent travail de Sambou Yatabaré en expédiant le cuir au fond des filets de Penneteau. Le Mauritanien a assuré aux siens leur premier succès de la saison (2-0) face à Valenciennes. Et, d’un point de vue personnel, le droit d’être revu. Très vite.

Toulouse-Bordeaux (1-1) : C'était le Carrasso show

On a longtemps cru dans ce derby de la Garonne que le fait du match serait le carton rouge reçu par Marc Planus (28e). Voire le dégagement involontaire mais surtout raté de Bréchet, vite transformé en passe décisive par Ben Basat (45e), déjà responsable de l’expulsion du capitaine girondin… Mais non. L’homme du match sera finalement Cédric Carrasso. Si le portier bordelais n’a rien pu faire sur l’égalisation de Ben Basat – Diabaté avait ouvert le score deux minutes plus tôt –, il a ensuite tenu la baraque pour offrir le point du nul aux siens. Son face-à-face avec Sylla (68e) ? Remporté. Celui avec Regattin (87e) ? Toujours à son avantage. Et quand Carrasso est trop court, c’est la transversale qui s’oppose au même Regattin (80e). Difficile pour le TFC, dans ces conditions, d’arracher la victoire dans ce derby (1-1).

A lire aussi

L'actu de la Ligue 1

OM-Evian - On prend les mêmes et...

Lyon persiste et signe

La rédaction