RMC Sport

Ligue 1: L’alcool va-t-il prochainement faire son retour dans les stades?

L'alcool bientôt de retour dans les stades ?

L'alcool bientôt de retour dans les stades ? - AFP

Interdit depuis l’application de la Loi Evin en 1991, l’alcool pourrait revenir dans les stades. C’est en tout cas ce que souhaitent plusieurs députés français, qui ont formulé une proposition de loi pour mettre fin à une certaine hypocrisie… mais aussi faire entrer de l’argent dans les caisses du club.

Dimanche dernier, les supporters du Stade de Reims ont peut-être été surpris de pouvoir commander une bière au pied de la tribune Jonquet, avant la réception de Nantes. Le club avait en effet décidé d’utiliser l’une des 10 dérogations dont chaque club en France dispose pour vendre de l’alcool dans son enceinte. Depuis 1991, la Loi Evin interdit en effet la commercialisation d’alcool dans les enceintes sportives, en même temps que de faire la publicité des marques de breuvages alcoolisés. 

L'UEFA a statué en faveur de la vente d'alcool

La tendance récente montre pourtant une volonté de mettre fin à ces pratiques. En juin dernier, le Comité exécutif de l’UEFA avait statué en faveur de la vente d’alcool dans les stades lors des matches de Coupe d’Europe (dans le respect des législations locales). Le 20 février, 34 députés ont déposé une proposition de loi pour autoriser de manière permanente la vente d’alcool dans les stades.

A l’origine de cette proposition de loi, Stéphane Viry, député Les Républicains, explique sa démarche. "Il y a un phénomène d’alcoolisation massive chez certains supporters avant d’entrer dans une enceinte sportive, explique-t-il. A supposer que le but de l’interdiction soit d’éviter la consommation d’alcool, c’est raté, parce qu’ils le font avant, dans des conditions peut-être plus dangereuses pour eux et les autres spectateurs."

Les passe-droits des VIP

L'élu dénonce aussi une hypocrisie autour de cette loi, détournée selon l’endroit où l’on se trouve dans les tribunes. "C’est une question d’équité, poursuit-il. Il y a un public qui ne va pas pouvoir boire une bière à la mi-temps alors que certains invités dans des loges ou avec le statut de VIP pourront avoir du champagne, du vin ou de la bière, alors qu’ils sont dans la même enceinte pour voir le même spectacle. "

Une buvette un peu plus rentable au service des clubs

Il y voit aussi un intérêt économique pour les clubs français dans leur quête de compenser leur retard de recettes sur leurs voisins européens, pas soumis aux mêmes règles. "Je me dis qu’une buvette un peu plus rentable pour les clubs pourrait apporter des ressources qui peuvent en l’état faire défaut et pourrait augmenter notre capacité à être compétitif", poursuit le député. Par le biais de sa proposition, il souhaite ouvrir le débat "sur certains aspects de la Loi Evin sans qu’il y ait de psychose" autour d’un sujet aussi sensible que la santé publique. 

Pas la priorité de l'assemblée générale

L'élu soulève également les questions de publicité d’alcool dans les stades ou de sponsoring auprès de club, actuellement interdits. S’il reconnaît que sa proposition de loi est encore loin d’être discutée à l’Assemblée et qu’elle passe après des projets plus prioritaires, Stéphane Viry aimerait qu’elle intègre un groupe d’études. "En l'état du débat, imaginer qu'il y ait une rapide sortie par la voie législative, c'est peu probable, confie-t-il. Mais je veux que le débat ait lieu."

Une question de sécurité publique

Une chose est sure, cette demande répond à une attente des supporters, qui dénoncent les mêmes problèmes autour de cette interdiction, synonyme de disparités flagrantes et de traitements différenciés.

"C’est une hypocrisie manifeste, d’abord parce qu’il y a des moyens de déroger à cette interdiction, dans les loges en utilisant le régime juridique de la restauration ce qui crée déjà une sorte de lutte des classes avec une inégalité sociale au sein d’un stade ou parce qu’il y a dix dérogations par an, explique Pierre Barthélémy, avocat de l’association nationale des supporters. C’est aussi un problème parce que les supporters boivent beaucoup avant le match. Pendant le match, avec l’alcool dans les stades, ce serait beaucoup plus régulé et lissé. C’est aussi infiniment plus facile de sécuriser de supporters dans les stades une à deux heures avant le match, à consommer dans les buvettes, plutôt que de les sécuriser qui sont aux abords du stade à consommer de l’alcool dans la rue ou dans une dizaine de bars différents."

Nicolas Couet avec Jordan Ollivier