RMC Sport

Ligue 1: l'ASSE peste contre une nouvelle interdiction de déplacement de ses supporters

L'ASSE s'insurge de la publication d'arrêtés du ministère de l'Intérieur et de la préfecture des Bouches-du-Rhône qui interdisent le déplacement des supporters stéphanois à Marseille, dans le cadre de l'affiche de clôture de la quatrième journée de Ligue 1 sur le terrain de l'OM ce dimanche.

Face aux interdictions et restrictions de déplacement de supporters, les clubs montent de plus en plus au créneau. Nouvel exemple pour cette quatrième journée de Ligue 1, avec l'AS Saint-Étienne qui a publié samedi un communiqué pour dénoncer la publication d'arrêtés émanant du ministère de l'Intérieur et de la préfecture des Bouches-du-Rhône en vue du choc de dimanche soir (21h00) contre l'OM au Vélodrome.

"L’AS Saint-Étienne doit une nouvelle fois disputer un match de championnat sans ses supporters, s'insurge le club. L’ASSE déplore cette nouvelle interdiction alors que les derniers déplacements de ses supporters se sont déroulés sans incident. La répétition de ces mesures d’interdiction défigure les stades, pénalise les clubs concernés, décourage les supporters les plus fidèles et va à l’encontre de l’objectif commun: la promotion d’un football festif."

La cité phocéenne également interdite aux Stéphanois

L'arrêté ministériel interdit le déplacement de personnes se prévalant de la qualité de supporter de l'AS Saint-Étienne "entre les communes des départements de la Loire, de l'Isère, de la Drôme, du Rhône, de l'Ardèche, de la Haute-Loire, du Puy-de-Dôme, de l'Allier, de la Saône-et-Loire d'une part et la commune de Marseille d'autre part". En outre, l'arrêté préfectoral empêche les supporters stéphanois d'accéder à un périmètre établi autour du Vélodrome.

L'AS Saint-Étienne rappelle que les supporters qui seraient tentés d'enfreindre ces arrêtés s'exposent à une peine de six mois d'emprisonnement et une amende de 30.000 euros. Une interdiction de stade d'un an peut également être prononcée.

Avant la deuxième journée de Ligue 1, l'OGC Nice ainsi que le maire Christian Estrosi s'étaient indignés d'une interdiction de supporters similaire à celle que connaissent les Verts. Face à ces polémiques, la ministre des Sports Roxana Maracineanu a déclaré être prête à "ouvrir" ce chantier: "Il est temps de trouver des solutions".

JA