RMC Sport

Ligue 1 : l’équipe-type de la 4e journée

Le onze de la J4

Le onze de la J4 - -

Après chaque journée de Ligue 1, retrouvez le onze-type de la rédaction de RMC Sport. A l’honneur ce week-end, deux Bastiais, deux Parisiens et deux joueurs d’Evian-TG.

Salvatore Sirigu (PSG)

Dans l’absolu, Kossi Agassa (Reims) ou Guillermo Ochoa (Ajaccio) ont peut-être livré de meilleurs matches. Plus facile de briller quand on vous canarde presque 90 minutes durant… Mais la prestation décisive de Sirigu lui vaut ce strapontin. Serein sur la frappe de Diallo, seul tir cadré guingampais de la première période, le portier italien a surtout joué au sauveur en remportant son duel face à un Yatabaré qui se présentait seul devant lui. A 0-0, encaisser un but aurait pu faire très mal au PSG. Mais même peu sollicité, un grand gardien reste prêt à intervenir quand il faut.

Layvin Kurzawa (Monaco)

A Monaco, il n’y pas que les stars Falcao ou Moutinho. Un poteau sur une tête, une passe décisive pour Falcao, une activité incessante sur son côté gauche : le jeune (20 ans) défenseur français a multiplié initiatives, débordements et bons gestes pour mettre à mal la défense marseillaise. Dans une arrière-garde monégasque où Abidal et Carvalho ne sont plus de première jeunesse, ça peut servir…

Sylvain Armand (Rennes)

Blessé à un mollet, l’ancien Parisien a dû attendre ce samedi, contre Lille (0-0), pour faire ses débuts en championnat avec Rennes. Expérience dans le placement, âme de leader, qualité de la relance, belles ouvertures vers l’avant : sa solide prestation a apporté un plus indéniable à la défense bretonne. La confirmation d’un Armand encore loin d’être en bout de course. De bon augure pour la suite.

John Mensah (Evian-TG)

Impérial sur le jeu de tête pour contrer les centres lyonnais, efficace dans ses interventions en rempart de la défense, le Ghanéen a fait parler sa puissance pour réaliser une prestation presque parfaite face à l’OL. Ce n’est pas si souvent le cas et cela méritait d’être souligné. Honoré, même.

Serge Aurier (Toulouse)

Certes, son équipe a perdu à Bastia (2-1), pourtant réduit à dix. Mais à l’heure de chercher des responsables, le natif d’Abidjan ne sera pas en première ligne. Placé à un poste qui semble mêler défenseur central côté droit et latéral droit dans le système toulousain, Aurier a été au four et au moulin en seconde période, assurant ses tâches défensives tout en portant le danger en attaque par ses montées et ses centres. Auteur de la passe décisive sur le but de Braithwaite.

Thiago Motta (PSG)

Un piston essentiel au cœur du jeu parisien. Bon timing, qualité des interventions et des transmissions, L’Italien né au Brésil a parfaitement assuré son rôle dans un match où Blaise Matuidi a été un cran en-dessous de son niveau habituel. Sans oublier la qualité de ses coups de pied arrêtés, dont le coup franc à l’origine de l’ouverture du score signée Adrien Rabiot en fin de match.

Wahbi Khazri (Bastia)

En juillet, le Tunisien avait séché un entraînement pour signifier à ses dirigeants son envie de rejoindre Saint-Etienne. Puis il a vu Lyon lui faire de l’œil et s’intéresser à son profil. Pas de quoi afficher une sérénité au zénith en début de saison. Toujours bastiais pour l’instant, sauf retournement de situation d’ici à ce lundi soir, le jeune (22 ans) milieu offensif a retrouvé tout son allant face à Toulouse (2-1). Mouvements, intentions, technique, Khazri a livré un match plein sur son aile gauche, avec en cerise sur le gâteau une passe décisive sur l’ouverture du score de Keserü.

Valentin Eysseric (Nice)

Il restera l’homme qui aura ouvert le score lors du dernier match du Gym au Ray après 85 ans de bons et loyaux services. Cela n’aura pas suffi à battre Montpellier (2-2), revenu par deux fois, mais le match solide du milieu offensif valait bien une mention honorable. A 21 ans, le garçon a de beaux jours devant lui. Du côté de l’Allianz Riviera, désormais.

André Ayew (Marseille)

A l’OM, et depuis plusieurs saisons, on peut très souvent compter sur un bon match signé André Ayew. Nouvelle preuve face à Monaco où le Ghanéen a mis le feu à la défense de l’ASM et s’est montré dangereux, provoquant même le corner à l’origine de l’ouverture du score de Lucas Mendes et frappant par deux fois les poteaux. Précieux, comme toujours.

Kevin Bérigaud (Evian-TG)

Le week-end dernier, face à Rennes, sa splendide reprise n’avait pas empêché ETG de s’incliner 2-1 à domicile. Alors cette fois, l’attaquant local (natif de Thonon-les-Bains) a fait en sorte de ne pas briller pour rien : un doublé plein de vitesse, sur deux accélérations fulgurantes, pour s’offrir le scalp de Lyon et signer la première victoire de la saison pour ETG. La soirée parfaite, quoi.

Claudiu Keserü (Bastia)

Arrivé d’Angers cet été, l’attaquant roumain s’est mis le public bastiais dans la poche face à Toulouse : un but et une passe décisive pour offrir une victoire (2-1) à des Corses pourtant réduits à dix. A lui seul, Keserü a marqué ou fait marquer… 50% des buts inscrits sur l’ensemble des cinq matches de L1 du samedi soir. Cela méritait bien une place dans notre onze. Rien que pour nous avoir (un peu) sauvé de l’ennui.

A lire aussi :

>> OM - Monaco : les notes
>> Ligue 1 : ce qu’il faut retenir de la 4e journée
>> Le PSG sait se faire attendre

A.H. avec RMC Sport