RMC Sport

Ligue 1: l'OL colle une énorme gifle à Saint-Etienne dans le derby

Le 122e derby de l'histoire entre l'AS Saint-Etienne et l'OL aura été à sens unique ce dimanche soir. Largement supérieurs, les Gones ont déroulé face à des Stéphanois diminués (5-0). Ils reviennent à deux points du PSG et de Lille, alors que les Verts restent à la 16e place.

Le suspense n’aura duré qu’un quart d’heure. Bien supérieurs à des Stéphanois décimés par le coronavirus et rapidement dépassés, les Lyonnais ont facilement remporté ce dimanche le 122e derby entre les deux équipes (5-0), à l’occasion de la 21e journée de Ligue 1. Ce large succès obtenu à Geoffroy-Guichard leur permet de se relancer après leur nul à Rennes (2-2) et leur défaite à domicile contre Metz (1-0). Il signifie également qu’ils reviennent à deux longueurs du duo de tête PSG-Lille. Et puisqu’il est bien sûr question de suprématie régionale avec ce genre d’affiche, notons qu’avec ce résultat l’OL passe devant son rival stéphanois au bilan statistique pour la première fois depuis 1956 (45 victoires pour Lyon, 44 victoires pour l’ASSE, 33 matchs nuls). Pour les Verts, la situation est toujours aussi délicate.

En quatre mois, ils n’ont gagné qu’une seule fois (2-1 à Bordeaux le 16 décembre) et ont donc subi une deuxième défaite dans le derby après celle subie à l’aller en terre lyonnaise (2-1 le 8 novembre). Seulement seizièmes au classement, ils ne comptent plus que quatre points d’avance sur la zone rouge. Bien sûr, les Stéphanois ont des circonstances atténuantes et il fallait s’attendre à les voir souffrir dans un Chaudron tristement vide. Sept joueurs étaient encore absents pour cause de coronavirus. Dans ces conditions, Claude Puel a dû se résoudre à aligner un onze aussi jeune qu’expérimental, avec notamment Baptiste Gabard (20 ans) en défense, et Lucas Gourna-Douath (17 ans) et Aïmen Moueffek (19 ans) au milieu.

Des Verts totalement dépassés

En face, Rudi Garcia était privé de Maxwel Cornet, Houssem Aouar et Lucas Paqueta, mais cela ne s’est jamais ressenti. Même si les locaux ont bien failli créer la surprise d’entrée. A la réception d’un centre de Romain Hamouma, Moueffek s’est retrouvé dans une position idéale pour ouvrir le score mais il a manqué d’application dans sa reprise (1e). Comme le week-end dernier à Strasbourg (défaite 1-0), quand Ryad Boudebouz avait manqué un penalty en début de partie, les Verts ont laissé passer leur chance. Archi-dominateurs, efficaces au pressing et inspirés dans le jeu, les Lyonnais n’ont pas tardé à enclencher la vitesse supérieure.

Avec un collectif bien rodé et des individualités à la hauteur d’un tel rendez-vous, à l’instar d’un Maxence Caqueret d’une remarquable justesse, d’un Thiago Mendes rayonnant dans un rôle de chef d’orchestre reculé, d’un Bruno Guimaraes parvenant à faire oublier l’absence de Paqueta ou encore d’un Léo Dubois faisant vivre un calvaire au jeune Gabard, sorti à la pause après avoir pris l’eau pendant 45 minutes. Tino Kadewere, lui, s’est offert un doublé. Comme à l’aller. Comme dans un rêve. Il a trouvé la faille une première fois de près, en renard des surfaces sur un corner (16e). C’est d’un tir du gauche imparable sur un service de Memphis Depay qu’il a enfoncé l’ASSE (68e). Le voilà désormais à neuf buts cette saison.

Des doublés pour Kadewere et Marcelo

En grande souffrance sur chaque vague lyonnaise, les Verts ont également vécu un calvaire dans les airs. Car c’est de la tête, sur deux coups francs similaires de Dubois, que Marcelo est parvenu à inscrire deux buts (36e, 59e). De quoi rendre fier Rudi Garcia, lui qui a si souvent critiqué ses joueurs pour leur manque d’efficacité sur coup de pied arrêté. Après cette démonstration, il aura du mal à adresser des reproches à son groupe, irréprochable au niveau du contenu et de l’état d’esprit. Côté stéphanois, Arnaud Nordin, lancé en début de seconde période, a bien tenté d’amorcer un début de révolte, mais il a trouvé la barre d’Anthony Lopes sur une lourde frappe (56e). L’une des rares tentatives d’une formation KO debout.

La correction s'est transformée en naufrage après le but contre son camp de Denis Bouanga (82e) sur un coup franc de Depay. Cruel pour un Jessy Moulin décisif à quelques reprises, notamment devant Karl Toko Ekambi. Ce 5-0 rappelle évidemment celui du 5 novembre 2017 quand l'OL était venu s'imposer sur ce score à Saint-Etienne avec le fameux doublé de Nabil Fekir, qui avait tendu son maillot aux supporters stéphanois. Ceux de l'OL doivent aujourd'hui ressentir la même fierté.

RR