RMC Sport

Ligue 1: l'OL menace d'un recours et de réclamer des dommages et intérêts

Quelques heures seulement après l'officialisation du classement final en Ligue 1, le laissant au septième rang et donc en dehors des places qualificatives européennes, l'OL a menacé par communiqué d'intenter un recours contre la décision de la LFP et de demander réparation pour le "préjudice" subi.

Il faut croire que la voix de Nathalie Boy de la Tour n'a pas porté jusqu'à Lyon. En officialisant ce jeudi l'arrêt définitif de la Ligue 1 et le classement final du championnat, la présidente de la LFP a déploré les récentes prises de becs des dirigeants de clubs, leur demandant davantage de décence et de calme vu la crise traversée par le pays.

Mais il n'aura fallu que deux heures à l'OL pour dégainer un communiqué, et faire part de son mécontentement après le gel du classement, le laissant à la septième place et donc sans qualification européenne – sauf si la finale de la Coupe de la Ligue est jouée ultérieurement.

"La possibilité d’intenter un recours contre cette décision"

Prenant "acte" de la décision du conseil d'administration de la Ligue, basée sur les propos tenus mardi par le Premier ministre Edouard Philippe, le club rhodanien la regrette toutefois. "Cette position gouvernementale ne semblait pas imposer de façon rédhibitoire un tel arrêt définitif dès aujourd’hui de la Ligue 1 et la Ligue 2, la Ministre des Sports Roxana Maracineanu ayant préalablement indiqué la possibilité de jouer en août si l’évolution de la situation sanitaire le permettait", écrit l'OL, en écho avec les précédentes déclarations de son président Jean-Michel Aulas.

Rappelant avoir proposé des playoffs en "solution alternative", l'Olympique Lyonnais se montre ensuite menaçant. "Compte tenu de l’arrêt du Championnat de France de Ligue 1, décrété aujourd’hui par la Ligue, l’OL se réserve la possibilité d’intenter un recours contre cette décision et réclamer des dommages et intérêts, notamment au titre de la perte de chance et au regard des jurisprudences d’autres sports professionnels qui sont actuellement en cours, car le préjudice pour le club s’élève à plusieurs dizaines de millions d’euros", explique le club. Avant de s'étonner, de manière plus ou moins explicite, que sa section féminine n'ait pas encore été sacrée, comme le PSG a pu l'être chez les hommes.

CC