RMC Sport

Ligue 1 : la nouveauté, c’est la Goal Line Technology

Déjà utilisée en Angleterre, la Goal Line Technology sera la grande innovation du championnat de France 2015-2016. C’est la société allemande Goal Control qui a été chargée d’équiper l’ensemble des stades de Ligue 1, pour qu’il ne plane plus aucun doute sur les lignes de but.

La fin des polémiques

Le 15 mars dernier, l’OM accueillait l’OL au stade Vélodrome pour le choc de la 29e journée de Ligue 1. Marseillais et Lyonnais semblaient se diriger vers un 0-0 avant que le Vel’ ne se lève comme un seul homme pour célébrer le but de Lucas Ocampos (83e). Un but que M. Bastien, l’arbitre du match, ne validera pas. L’homme au sifflet expliquera qu’il n’avait pas la certitude que le ballon ait bien franchi la ligne. Une décision qui avait provoqué la colère des 64 000 spectateurs présents au Vélodrome ce soir-là et du président marseillais Vincent Labrune. Ce genre de polémique ne devrait plus éclater cette saison dans le championnat de France.

Une installation dans tous les stades de Ligue 1

Depuis mi-juillet, tous les stades de Ligue 1 sont en train d’être équipés de la technologie sur la ligne de but, déjà utilisée lors de la Coupe du monde 2014 ou en Premier League. Les équipes de la société allemande Goal Control sillonnent donc la France, de Bastia à Bordeaux, en passant par Troyes ou Marseille. Trois groupes se succèdent pour l’installation des caméras, les vérifications puis la validation. Priorité a été donnée aux villes des clubs qui reçoivent pour le compte de la première journée du championnat (7, 8 et 9 août). Car ce n’est pas moins de quatorze caméras qui doivent être installées dans chaque enceinte de Ligue 1.

Sept caméras dans chaque virage, toutes réglées au millimètre près, sont nécessaires pour faire fonctionner le système. Et pas de puce dans le ballon. « La Goal Line Technologie est un système basé sur des caméras, il y en a sur toute la surface du terrain explique Dominik Von Wirth, superviseur technique de Goal Control. Si on met le ballon sur le terrain, elles le reconnaissent. Et si la balle passe la ligne, on a une alerte de but. » Simple et efficace, le système nécessite également la mise à disposition d’une structure à l’extérieur du stade (qui peut être un camion), réservée pour deux monumentaux ordinateurs et plusieurs écrans.

Validé à Toulouse

Au Stadium de Toulouse, le système a été installé en début de semaine, avec d’abord la pause de caméras. Puis le fonctionnement a été validé mercredi soir, avec des tests « grandeur nature ». Un essai effectué à l’aide d’un ballon et de la montre que portera Bartolomeu Varéla, l’arbitre du match qui opposera Toulouse à Saint-Etienne, dimanche (17h). Une montre qui préviendra l’arbitre de la validité du but en vibrant et en indiquant « goal ». A trois jours du début de la saison au Stadium, tout semble donc prêt pour le corps arbitral.

« C’est sûrement une réponse à pas mal d’interrogations ou de situations de débats qu’il y a pu avoir, reconnaît Jean-François Soucasse, le directeur du Toulouse Football Club. Donc à chaque fois que la technologie peut rendre les jugements plus objectifs, je crois qu’on est tous preneurs. Je ne sais pas si elle sera utile dès ce week-end, dimanche contre Saint-Etienne, mais en tout cas, on a hâte de voir ça. »

Environ 200 000 euros par stade

Chaque stade étant différent, la société Goal Control a dû s’adapter à la superficie de chaque terrain pour équiper toutes les enceintes du nouveau système. « Les tribunes ne sont pas dans tous les stades comme dans celui de Toulouse, explique Dominik Von Wirth. L’éclairage n’est pas non plus le même dans tous les stades. Certains stades sont plus ou moins récents et donc, il y a des différences d’éclairage. Mais on s’y adapte et notre système fonctionne quel que soit l’éclairage. » Reste à savoir si l’image sera diffusée ou non sur les écrans géants des stades de Ligue 1. Quant au coût, assumé par la LFP, il serait de 200 000 à 300 000 euros par stade.

Omar Bendjador et Wilfried Templier