RMC Sport

Ligue 1: la potentielle stratégie d'Amazon pour les droits TV

Les GAFA, comme Amazon, peuvent-ils profiter des difficultés de Mediapro pour se lancer sur les droits TV de Ligue 1? Ce n'est pas si simple.

Le football français commence à paniquer depuis la demande de délai de Mediapro pour payer la première échéance des droits TV. Face aux difficultés du nouveau diffuseur et le refus de la Ligue de renégocier le montant, les perspectives potentielles sont étudiées comme celle d'un nouvel appel d'offres dans le cadre où le contrat de Mediapro serait annulé. De nouveaux acteurs pourraient entrer dans la danse à l'instar des GAFA. 

Ce n'est pas si simple, selon Jérôme Marin, chroniqueur de BFM Business, qui prend l'exemple d'Amazon Prime. La plateforme, initialement spécialisée dans la vente en ligne et la livraison, s'est diversifiée ces dernières années en acquérant quelques droits sportifs, notamment dans le foot avec 20 affiches en Premier League, 17 affiches de Ligue des champions en Italie et 16 en Allemagne. Le tout selon une stratégie bien rodée qui laisse peu de place à l'idée d'une éventuelle acquisition massive des lots en Ligue 1.

"La L1 n'est pas stratégique"

"Il y a un double fantasme, explique-t-il dans l'After. Le premier est de dire que ces entreprises ont tellement d'argent qu'elles investissent un peu n'importe comment. Mais à chaque fois qu'elles dépensent, c'est réfléchi et stratégique. Ça amène au deuxième fantasme, c'est de croire que la Ligue 1 est stratégique pour ces entreprises, ce qui n'est pas le cas. Quand Amazon investit en Premier League, il n'achète que 20 matchs sur la saison, pas 8 par journée."

"Eux veulent vendre Amazon Prime qui coûte 50 euros par an, détaille-t-il. On ne peut pas rentabiliser 50 euros par an en investissant 800 millions d'euros (le montant déboursé par Mediapro chaque saison pour diffuser la L1, ndlr). Ils rachètent des droits en espérant que les amateurs de foot qui veulent voir 20 matchs de Premier League de disent: '50 euros par an, ce n'est pas si cher, en plus j'ai la livraison gratuite, donc je vais m'abonner'. Le but est d'ajouter des petites briques. On ajoute du foot, des séries TV, de la musique, du tennis avec Roland-Garros. Ils veulent que l'offre soit plus intéressante sans trop dépenser parce qu'il faut qu'ils rentabilisent."

Un match par journée ou les matchs des gros

L'irruption d'Amazon en France n'est pas impossible mais seulement par petites bribes. "Je pense qu'Amazon peut se positionner sur un match par journée ou alors les grosses affiches avec le pack OM, PSG et Lyon, conclut Jérome Marin. Là, ils peuvent mettre 200 millions pour ça et il y aura des gens intéressés. Pour acheter les huit matchs par journée, je ne vois pas leur intérêt pour eux, c'est dépenser trop pour ce qu'ils veulent récupérer. Ils n'ont pas besoin de dépenser autant pour que les gens s'abonnent."

NC