RMC Sport

Ligue 1: la réponse lunaire de l'OL à un article sur Aulas

Mécontent d'un article publié dans la presse sur Jean-Michel Aulas, l'OL a répliqué en publiant une lettre d'Olivier Blanc, bras droit du président, directement adressée au journaliste en question.

Après avoir truffé son site de communiqués pendant la crise du coronavirus, l'OL a décidé "d'innover" dans la forme après un article publié dans L'Equipe sur la gestion de Jean-Michel Aulas ces dernières semaines. En guise de réponse, le club a en effet publié la lettre d'Olivier Blanc, dirigeant à l'OL, adressée directement au journaliste ayant rédigé le sujet dénoncé par le club. 

Parmi les griefs recensés, celui d'avoir cité des propos d'un président de L1, resté anonyme. Rédigé dans une forme très personnelle dirigée vers le journaliste - puisque le tutoiement est de mise -, le message diffusé publiquement laisse une impression lunaire, bien loin des communiqués traditionnels dénonçant un mécontentement au nom du club.

"Tu penses sincèrement que Jean-Michel Aulas s'est foutu de cette terrible épreuve sanitaire?, interroge Blanc. Que les décès et les douleurs le laissaient froid? Qu'il n'a pas lui-même été touché dans son entourage proche comme malheureusement beaucoup de Français?"

"C'est abject de dire ça, minable de le dire anonymement et horrible de la retranscrire froidement. Sans se soucier que tu es lu par des gens qui peuvent croire que Jean-Michel Aulas a ignoré cette pandémie comme cette déclaration perfide le laisse supposer."

Aulas bondit au soutien de Blanc

En utilisateur actif du réseau, Jean-Michel Aulas a aussitôt bondi - dans un mouvement bien orchestré - sur le sujet afin de saluer le "coup de gueule" de son proche. "Enfin un vrai journaliste (sic, Blanc a longtemps été directeur de la communication du club, après une première carrière dans le journalisme, ndlr) au sens éthique et du courage, se réjouit le président au sujet de son proche collaborateur qui va quitter le club cet été. Olivier Blanc répond à cet article ignoble, à charge d'un correspondant de quartier instrumentalisé par un anonyme qui a évidemment bénéficié de l'arrêt du championnat alors qu'il restait 30 points en jeu."

NC