RMC Sport

Ligue 1 : le PSG n’a pas eu besoin de forcer

-

- - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

Vainqueur tranquille face à Reims (3-0), le PSG a pris provisoirement 16 points d’avance sur Monaco en tête de la L1. Surtout, l’équipe parisienne a parfaitement préparé son quart de finale retour de Ligue des champions, mardi à Chelsea.

L’un qui joue à la tablette, l’autre qui dort sur l’épaule du voisin qui n’ose pas bouger. Maximilian et Vincent, les deux enfants de Zlatan Ibrahimovic, n’ont pas franchement été captivés par le match qui se déroulait quelques mètres plus bas sur la pelouse du Parc des Princes. Véritables attractions de la rencontre, les deux enfants du Suédois ont manqué la 11e victoire consécutive du PSG, face à Reims (3-0), record dans l’histoire du club ! Il faut dire que leur père, blessé face à Chelsea mercredi (3-1), n’était pas sur le terrain.

Mais l’absence du meilleur buteur de la L1 (25 buts) n’a pas empêché les Parisiens de s’imposer et de rendre une copie plutôt soignée, malgré un turnover important à quatre jours du quart de finale retour de Ligue des champions à Stamford Bridge. Sans Zlatan, donc, ni Verratti (suspendu), et avec Lavezzi, Motta, Matuidi et Maxwell sur le banc, c’est un PSG « bis » qui a conforté son avance en tête de la L1, avec 16 points d’avance sur Monaco, qui reçoit Nantes ce dimanche (21h). En cas de scénario favorable (une victoire à Lyon la semaine prochaine conjuguée à une défaite ou deux matchs nuls de l’ASM), Paris pourrait même être sacré champion dès dimanche prochain.

Doublé de Mandi... contre son camp

Il faut dire que même avec ses habituelles doublures, le PSG a de l’allure. Marquinhos, Digne, Rabiot, Cabaye, plus Van der Wiel de retour de blessure, cela fait à peine baisser le niveau général de l’équipe. Relancé alors qu’il n’entre plus vraiment dans les plans de Laurent Blanc, Jérémy Ménez n’a en revanche pas saisi sa chance, multipliant les mauvais choix. Mais Edinson Cavani, aligné en pointe comme il l’a réclamé récemment, a permis au PSG de virer en tête avant la pause grâce à une reprise du genou sur un centre de Van der Wiel (1-0, 43e). Puis le malheureux Aïssa Mandi a mis fin à tout suspense en poussant dans son but une tête de Lucas Moura qui avait heurté le poteau (2-0, 48e)… avant de manquer un dégagement et d’envoyer la balle sous la barre d’Agassa (3-0, 89e).

Tranquille, l’après-midi des Parisiens. Parfait même, puisque même si Laurent Blanc avait répété après le match aller contre Chelsea que les esprits étaient tournés vers Reims, il doit être soulagé de voir qu’aucun de ses joueurs n’a connu de blessure ce samedi. Car ce mardi, à Londres, le PSG aura besoin de toutes ses forces vives pour écrire l’une des plus belles pages de son histoire. Et accessoirement, capter l’attention des enfants de Zlatan. 

A lire aussi :

>> Revivez PSG-Reims

>> EN IMAGES - PSG : quand Zlatan n’est pas là

>> Le classement de la Ligue 1

Alexandre Alain