RMC Sport

Ligue 1: les coulisses du report de Lens-PSG

Le report du match de L1 Lens-PSG, prévu samedi, au 10 septembre, a suscité un coup de gueule du maire lensois. Que ne comprennent ni le RCL, ni Paris, qui ont évoqué cette modification du calendrier dès la semaine passée, avant la finale de la Ligue des champions.

Le bureau de la LFP a validé ce mardi le report du match de Ligue 1 Lens-PSG, prévu samedi, au jeudi 10 septembre, suite à une demande de la direction parisienne qui voulait offrir à ses joueurs un peu de répit après la finale perdue de Ligue des champions.

Dans le communiqué officialisant ce report, la Ligue a remercié le RC Lens et Canal+, diffuseur de l'affiche, pour leur "compréhension" et leur "coopération". Ce qui n'a pas empêché un coup de gueule du maire de Lens Sylvain Robert, et l'apparition d'une petite polémique. Que l'on ne comprend ni au PSG... ni au RC Lens.

Le RC Lens n'a subi aucune pression, et a lui-même préféré la date du 10 septembre pour le report

En effet, le club de la capitale a fait part de sa volonté de reporter le match au RCL dès vendredi soir, donc deux jours avant la finale de la C1, sans avoir évidemment connaissance du résultat. Paris a ensuite fait cette même demande à la Ligue dès samedi.

Avec, dans les deux cas, les mêmes arguments: le PSG a expliqué aux deux parties que ses joueurs étaient en vase clos depuis le 6 août, qu'ils n'avaient pas vu leur famille depuis trois semaines, et que pour compléter le tableau, nombre d'entre eux devaient repartir en sélection juste après le match au stade Bollaert. Cette demande n'était aucunement liée au résultat du match contre le Bayern. Elle aurait été la même en cas de succès.

Lundi, à 19h17, le Racing Club de Lens a donné son accord officiel, suivi ce mardi matin par le diffuseur. Le club sang et or n'a subi aucune pression et a d'ailleurs refusé de jouer son match contre Paris le 23 septembre, entre les deux rencontres face à Bordeaux et Nîmes. Lens a préféré la date du 10 septembre, à trois jours du match face à Lorient. De quoi clore le débat?

Mohamed Bouhafsi avec CC