RMC Sport

Ligue 1-Ligue 2 : le Conseil d’Etat maintient les trois montées/descentes

Frédéric Thiriez

Frédéric Thiriez - AFP

Le Conseil d’Etat a rejeté ce vendredi le recours de la LFP concernant la réforme du système des relégations entre Ligue 1 et Ligue 2. Jusqu’à ce que l’affaire soit jugée sur le fond, il y aura donc trois équipes qui seront rétrogradées et trois qui monteront dans l’élite.

La FFF et les clubs de Ligue 2 ont gagné une première bataille ce vendredi. Le Conseil d’Etat a rejeté l’appel de la LFP, qui conteste l’annulation par le Comité exécutif de la FFF de la réforme des deux montées et descentes dès 2015-2016. Prévue seulement pour la saison prochaine, cette refonte du système avait été avancée d’un an par la très grande majorité des clubs de l’élite.

« Le juge des référés du Conseil d’État rejette pour défaut d’urgence la requête en référé de la Ligue et de 18 clubs de ligue 1, qui lui demandait de suspendre provisoirement la décision de la Fédération, indique un communiqué du Conseil d’Etat. Jusqu’à ce que le Conseil d’État se prononce sur le fond de l’affaire, la décision de la Fédération s’applique. La règle reste donc, à ce jour, que 3 clubs sont susceptibles de monter et de descendre d’une ligue à l’autre. »

Une décision sur le fond avant la fin du championnat

Pour avoir le fin mot de l’histoire sur l’intervention de la FFF pour annuler une décision de la LFP, il faudra donc encore patienter. « Le juge des référés a souligné que seule la décision définitive à venir sur les recours en annulation sera susceptible de dissiper l’incertitude alléguée, explique le Conseil d’Etat. Le juge des référés ne s’est pas prononcé sur le bien-fondé des critiques formulées contre les décisions de la Ligue et de la Fédération. Il a précisé que le Conseil d’État devrait être en mesure de se prononcer sur le fond de l’affaire avant la fin du championnat. »

Cette décision réjouit forcément Noël Le Graët, le président de la FFF : « Je prends acte avec satisfaction de cette décision de justice. Cette décision démontre que cette réforme méritait plus de concertation, plus de dialogue entre les parties concernées et plus de temps pour trouver le meilleur compromis et la mettre en œuvre. L’important désormais est de retrouver une unité, une cohésion et de la sérénité à tous les niveaux. Je maintiens le groupe de travail décidé lors de la dernière Assemblée Fédérale qui s’est tenue à Nantes en juin dernier, afin qu’il propose la meilleure réforme pour la saison 2016/2017, lors de l’Assemblée de décembre. J’invite toutes les parties concernées, pros et amateurs, à y participer. »

Thiriez : « Ce n'est que partie remise » 

Frédéric Thiriez a lui aussi pris acte de cette décision, même s'il la déplore. « Le Conseil d'Etat n’a pas voulu statuer en urgence. C’est dommage, car l'incertitude demeure, mais c’est ainsi, déclare le président de la LFP dans un communiqué. L'affaire sera donc jugée plus tard sur le fond. Ce n'est que partie remise. Il est heureux que le Conseil d'Etat s'engage à juger l'affaire rapidement. Le plus tôt sera le mieux ! »